×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Fournitures scolaires : Un choix plus varié sur les rayons

    Par L'Economiste | Edition N°:144 Le 08/09/1994 | Partager

    La rentrée scolaire 1994-95 s'annonce morose pour les fabricants d'articles scolaires. Elle devra se situer presque au même niveau que l'année passée. Les raisons sont le manque de liquidités sur le marché ou la faiblesse persistante du pouvoir d'achat. Néanmoins, un grand changement s'opère au niveau de la qualité des produits et de leur variété.

    La rentrée scolaire cette année est retardée jusqu'au premier octobre en raison de la mobilisation des enseignants pour les besoins du recensement Mais d'ores et déjà les rayons des grandes surfaces ainsi que ceux des librairies et papeteries annoncent la rentrée même si les achats se font rares Ce retard n'aura pas d'implications sur le volume des ventes mais aura des conséquences sur les délais le paiement Ceci devra entraîner un resserrement de la trésorerie des entreprises opérant dans le secteur.

    Déjà le problème numéro un de ces entreprises demeure celui des impayés. Des professionnels n'hésitent plus à réduire leur chiffre d'affaires dans le souci d'une sélection de leurs clients distributeurs. Somapa qui a connu des antécédent au niveau des impayés impose aux "clients de passage des chèques certifiés. Conapa a, pour sa part, réduit son chiffre d'affaires de 30% dans le souci de se garantir une clientèle composée seulement de bons payeurs, avance son directeur général adjoint, M. Karim Marnissi. D'une manière générale, les professionnels qualifient la rentrée 1994-95 de morose, en stagnation, comparativement à l'an dernier. La raison avancée par ces derniers est le manque de liquidités sur le marché ou la persistance de la faiblesse du pouvoir d'achat. Néanmoins plusieurs changements sont apparus au niveau de la qualité des articles et de leur diversification.

    Amélioration de la qualité

    L'arrivée des grandes surfaces, notamment les chaînes Makro et Marjane, a encouragé les fabricant de fournitures scolaires à améliorer la qualité de leurs produits et à y introduire des innovations. Auparavant, les grossistes et demi-grossistes étaient réticents à toute nouveauté sous prétexte que la clientèle n'était intéressée que par le prix

    Au contraire, il s'est avéré que les enfants étaient avides de nouveautés et que ce marché obéit à des règles marketing propres. Pour preuve, la multiplication des articles sur les rayons. Ainsi, l'entreprise Promoplak spécialisée dans la fabrication de fournitures scolaires a mis en place un service création comprenant une créatrice et une aide-créatrice pour la conception des articles Plus encore les produits sont personnalisés par gamme : la gamme Snoopy ou la gamme Mickey, par exemple Autrement dit, du cartable à la trousse en passant par le classeur et le cahier, les fournitures porteront le même design. Au niveau de la même société, un service marketing a été créé en vue de mieux maîtriser le marché.

    De son côté, Somapa mettra en place un show-room au Boulevard Zerktouni dans le but d'exposer ses articles papier et cahiers. "Notre objectif est de renseigner le client final sur la qualité de nos produits, explique M. Malik Boutaleb, directeur général de l'entreprise, afin qu'il puisse demander à son détaillant le produit en question". En effet, la qualité de la production marocaine était méconnue au point que l'an dernier les écoles de la mission française avaient exigé de leurs élèves des cahiers de marque Clairefontaine importés. "Il a fallu batailler cette année pour que cette obligation soit suspendue", avance M. Boutaleb. Somapa, s'adressant aux parents d'élèves, a réalisé une publicité au niveau des assiettes de tables du club CAFC, disant que le cahier Korrasom se trouve chez le "détaillant du coin". Pour ce qui est des cahiers de batailles de l'entreprise, la couverture est illustrée des dessins du Salon de l'Enfant Jouba en contrepartie d'un sponsoring d'une valeur de 450.000DH.

    La voie de la diversification

    Par ailleurs, les entreprises optent des plus en plus pour la diversification des activités en vue de contrecarrer les inconvénients d'une activité qualifiée de saisonnière ou de hautement concurrentielle.

    Promoplax, outre les fournitures scolaires, est spécialisée dans les articles de bureaux en propylène et articles publicitaires (cartables pour conférences, porte-documents, porte-lunettes...). L'entreprise tente également d'autres perspectives de diversification. Somapa, quant à elle, produit pour les besoins des bureaux des ramettes, des chemises cartonnées ou des enveloppes. Le cahier scolaire ne représente plus que près de 40% de son chiffre d'affaires. De son côté. Conapa est à la recherche de nouvelles voies de diversification.

    Enfin, les entreprises qui suivent de près l'évolution technique du secteur prospectent des marchés extérieurs ou ont déjà réussi de bonnes pénétrations sur certains marchés étrangers. Somapa est en cours de finalisation de contrats avec des entreprises européennes. Elle exporte également vers le Sénégal, la Côte d'Ivoire, la Mauritanie ou la Libye. Son objectif est de réaliser 20% de son chiffre d'affaires à l'export d'ici trois ans. De son côté, Aiglemer réalise, depuis 1992, 20% de son chiffre d'affaires sur les marchés étrangers : l'Afrique, le Maghreb et le Moyen-Orient.

    Laïla TRIKI

    Restructuration dans le secteur

    Deux entreprises du secteur des fournitures scolaires ont baissé le rideau. Il s'agit de Socatrap et de Mapaca. En effet, la crise qui a affecté le secteur ces dernières années a eu comme conséquence la multiplication des impayés. Seules les entreprises disposant d'une surface financière importante ont pu faire face à ce véritable fléau. Ces difficultés trouvent leurs origines dans la crise économique générale mais également au niveau de la multiplication des petits détaillants de fortune.

    Par ailleurs, il s'est avéré que l'activité de fabrication de fournitures scolaires répondait à ses propres règles et seules les entreprises qui ont accompagné techniquement l'évolution du secteur et qui confectionnent de véritables stratégies de pénétration de marché ont pu se développer. Les autres vivotent en attendant le bout du tunnel.

    En effet, la production de fournitures scolaires est généralement lancée en décembre. Les stocks s'accumulent jusqu'en mars, mois à partir duquel les ventes débutent. L'entreprise doit donc disposer de moyens suffisants pour financer les frais de stockage. Egalement, les dernières augmentations successives des prix de la pâte à papier et du papier sur les marchés internationaux ont affecté les entreprises qui s'approvisionnent au compte-gouttes, les obligeant à répercuter ces augmentations sur le prix du produit fini. En revanche, les entreprises qui, pour des raisons de sécurité, achètent l'ensemble de leur matière première au cours du mois de décembre ont été épargnées

    Par ailleurs, l'ouverture des frontières et l'arrivée des grandes surfaces ont fait apparaître que les enfants ainsi que les adolescents ne méconnaissent pas les critères de qualité. Au contraire, les fournitures scolaires développent de plus en plus leurs propres design et tendances.

    Ainsi, l'entreprise Somapa, qui a déjà investi 60 millions de DH dans son usine, compte investir cette année 30 millions pour l'achat d'une chaîne automatisée pour la confection d'un cahier de qualité plus élaborée que ceux de la gamme existante. Aussi, l'organisation de ces entreprises se modernise. L'existence de départements commercial et marketing devient de plus en plus courante. Ils s'occupent de la recherche et la conquête de nouveaux marchés et de segments de marchés pour pallier une activité saisonnière et fortement concurrentielle.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc