×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Agenda

    Forte affluence à la conférence de Marrakech

    Par L'Economiste | Edition N°:297 Le 25/09/1997 | Partager

    Marrakech a fait mieux que Le Caire. Les participants à la Conférence mondiale du textile sont nombreux à faire le déplacement. Une opération de grande envergure pour l'Amith.


    La Conférence mondiale de la Fédération internationale des industries du textile (ITMF, International Textile Manufacturers Federation) qui se tiendra à Marrakech du 28 septembre au 1er octobre recevra plus de 320 congressistes du monde entier, dont une centaine se sont inscrits pour le tour des villes impériales qui aura lieu en marge de la conférence.
    Les deux chiffres sont des records par rapport aux années passées, affirme M. Abdelali Berrada, directeur général de l'Association Marocaine des Industries du Textile et de l'Habillement (AMITH). Le nombre total des participants ne sera connu probablement que la veille de la Conférence. Les participants du côté marocain préfèrent attendre pour s'inscrire, explique M. Berrada.
    Pour M. Mohamed Lahlou, le président de l'AMITH qui est l'hôte de cette manifestation, plusieurs raisons, notamment le cadre de la ville, ont plaidé en faveur de Marrakech. Bien que l'argument ait une certaine force chez les participants, l'intérêt n'est pas uniquement touristique, les opé-rateurs marocains du textile tiennent à ce que les mutations que connaît actuellement le secteur ne se passent pas sans eux.

    Créée en 1904, l'ITMF regroupe 34 membres répartis sur 48 pays dont la majorité sont des asso-ciations inter-textiles auxquelles s'ajoutent des organisations professionnelles en tant que membres associés. Les pays membres de la Fédération couvrent 85 à 90% de l'industrie textile primaire globale. Ces taux sont confirmés, que ce soit en termes de consommation de fibres textiles, de production de filés et tissus, d'importation et d'exportation ou encore d'investissements en matériel textile.

    Une question de fibre


    Les opérateurs du textile se réunissent parce que le marché du textile a besoin d'être plus transparent. C'est donc la première mission de la Fédération. Cette transparence est d'autant plus recherchée qu'en matière de textile de base la matière première et les frais de capital sont les facteurs qui pèsent le plus dans les coûts de production. Or, l'enjeu compétitif exige que les opérateurs disposent «d'informations sérieuses et complètes». C'est l'un des objectifs de la Fédération qui offre des services et des informations exclusives.
    Le coton, par exemple, reste la fibre la plus employée dans l'industrie textile. Produit par 80 pays, il mobilise plusieurs laboratoires de recherche et fait vivre directement ou indirectement 100 millions de personnes selon les estimations de l'ITMF. Vu son importance, il a besoin de porte-parole au niveau global. C'est la Fédération qui s'en charge.
    Les conférences annuelles de l'ITMF sont des forums pour les industriels et les fonctionnaires d'associations du monde entier. Elles servent de plates-formes pour discuter de sujets variés et notamment les perspectives pour la production et la consommation des fibres textiles, les investissements et l'activité dans les principaux secteurs de l'industrie textile à travers le monde. Chaque conférence se déroule dans un pays différent. Elle a eu lieu à Prague, en République Tchèque en 1995 et à Washington aux Etats-Unis en 1996. Melbourne, en Australie, accueillera l'édition de 1998. Les Kangourous essaieront de battre le record désormais détenu par les Palmiers.


    Le filon des voyagistes


    Les congrès sont une bonne opportunité pour les agences de voyages. Pour l'agence de voyages Kasbah Tours International (KTI), si c'est une aubaine c'est aussi six mois de travail continu mobilisant deux personnes. Les congressistes viennent à titre individuel et nécessitent un traitement personnalisé. Selon M. Abdeslam Ouriaghli, directeur central de KTI, l'événement n'est pas sans intérêt, il représente un chiffre d'affaires hors transport aérien de près de 10 millions de Dirhams. Mais cette opération n'est pas la plus grande à entreprendre par le voyagiste qui prépare la convention de General Motors pour janvier 1998. 15.000 à 20.000 personnes passeront un séjour de 48 heures à Marrakech.

    Hakim ARIF

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc