×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Enquête

    Formation: Une deuxième phase pour le projet GTZ

    Par L'Economiste | Edition N°:289 Le 17/07/1997 | Partager

    Le projet maroco-allemand de formation en cours d'emploi GTZ ne prendra pas fin en décembre 1997. Les bailleurs de fonds ont accepté de financer une deuxième phase. Celle-ci devra s'élargir à d'autres régions.


    La première phase du projet de coopération technique maroco-allemande de la formation professionnelle, Proget GTZ, est jugée positive. Lors d'une mission d'évaluation de l'état d'avancement du projet menée du 26 juin au 1er juillet 1997 par des experts allemands et marocains, il a été décidé de pérenniser ces résultats et projeter une deuxième phase. «Pour cette première phase, l'essentiel du travail a été axé sur la sensibilisation. Les résultats sont à ce niveau satisfaisants», souligne M. Peter Schuh, expert en planification du projet de formation professionnelle. Cette première phase prendra fin en décembre 1997. Elle aura duré une trentaine de mois.
    Si, lors de la première phase, il a surtout fallu sensibiliser les opérateurs et également les formateurs à l'importance de la formation pour les entreprises, la deuxième phase sera axée, elle, sur l'établissement de plans de formation. «Plus qu'un réflexe, la formation devra être comprise dans un plan global et stratégique de l'entreprise», estime Mme Reavis M. Hils-Ward, chef du Département Education et Perfectionnement à GOPA, un organisme de conseil allemand. Il est à signaler que la deuxième phase démarrera à partir de décembre 1997. Elle est également prévue pour une durée de 30 mois.

    Pour planifier cette deuxième phase, l'équipe du projet a organisé un atelier de travail du 2 au 4 juillet à l'Office de la Formation Professionnelle et de la Promotion du Travail (OFPPT) qui a réuni une vingtaine de participants, représentant notamment le patronat, l'enseignement, l'OFPPT, le Ministère de la Formation Professionnelle et l'équipe maroco-allemande du projet.
    L'atelier a été conduit selon la méthode allemande de planification des projets par objectifs. La démarche consiste à diagnostiquer les problèmes, cibler ensuite les objectifs à atteindre et les stratégies alternatives et enfin élaborer le schéma de planification.
    A l'issue de cet atelier, trois axes de travail ont été retenus. D'abord, il s'agit de pérenniser les résultats de la première phase, synchroniser les tâches avec les directions centrales de l'OFPPT et vulgariser les acquis et la formation des «multiplicateurs» (formateurs). «En effet, il faudrait d'abord former les formateurs à mieux comprendre les problèmes de l'entreprise et détecter ses besoins avant de lui vendre un service», note M. Schuh.
    Ensuite, il a été décidé d'élargir le projet à d'autres régions. Selon M. Fouad El Ameri, le responsable du projet au niveau de l'OFPPT, Fès, Rabat et Tanger viendront certainement rejoindre Casablanca.
    Le troisième axe concerne l'environnement institutionnel. «A ce niveau, il est question d'asseoir les bases réglementaires pour mettre en place des cours du soir modulaires».
    La première phase du projet a bénéficié de 3 millions de DM (16,44 millions de DH) pour couvrir les frais de séjour des experts allemands, le perfectionnement des cadres et l'acquisition de véhicules. Cette somme avait été débloquée par le GTZ. Une enveloppe équivalente est prévue pour cette deuxième phase.

    Les acteurs du projet GTZ


    Le projet maroco-allemand de formation en cours d'emploi, dit GTZ, associe trois parties: la GTZ, Gopa Conseil et l'OFPPT.
    La GTZ (Ministère allemand de la Coopération technique) apporte les fonds nécessaires.
    La GOPA, organisme allemand également, se charge de fournir l'expertise et les spécialistes. En plus des ressources humaines, cette fondation agit dans l'agriculture et l'environnement ainsi que dans le développement économique. En matière de ressources humaines, cette société s'occupe de la planification des études, du développement des curriculas et, entre autres, aide à l'insertion.
    Du côté marocain, l'OFPPT offre les ressources humaines, la logistique et les locaux.

    Malika EL JOUHARI



    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc