×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Politique Internationale

    Formation en arts graphiques : Convention OFPPT-SAGMA

    Par L'Economiste | Edition N°:148 Le 06/10/1994 | Partager

    L'Office de la Formation Professionnelle et de la Promotion du Travail (OFPPT), comme son nom l'indique, n'a pas pour seule vocation de former des techniciens dans différents domaines, mais aussi de leur procurer du travail. C'est pourquoi l'OFPPT a créé certains instituts en concertation avec des associations professionnelles qui participent à la conception des programmes et des méthodes d'évaluation des instituts concernés par leur profession, et qui suivent les itinéraires professionnels de leurs lauréats, indique M. Azami, cadre supérieur à l'OFPPT, une forme de partenariat qui implique les entreprises dans le suivi de la formation qui les intéresse, résume-t-il.

    Par exemple, I' OFPPT vient d'ouvrir les portes d'un nouvel institut de formation en minoterie en concertation avec l'association des minotiers au Maroc, comme cela a été réalisé dans les secteurs du textile, du cuir, des IMME...
    Dans ce même souci de moduler la formation sur les besoins de l'entreprise, en 1990 I'OFPPT crée L'Institut Supérieur des Arts Graphiques (ISAG) en collaboration avec l'Association Professionnelle des Maîtres Imprimeurs (APMI). Le 30 septembre 1994 a été signée une convention entre l'OFPPT et la Société SAGMA (Société des Arts Graphiques Maghrébins), convention portant sur la formation-adaptation d'une quarantaine de lauréats de l'ISAG, formation suivie naturellement de l'embauche de ces candidats.

    Ces lauréats, sélectionnés par un test et pris parmi les anciennes et la dernière promotions de l'ISAG ainsi que, pour une faible proportion, parmi l'ITA (Institut de Technologie Appliquée) de secrétariat, suivront une formation de 3 mois pour adapter leur profil aux besoins de l'entreprise SAGMA, explique M. Azami. D'ailleurs, chaque établissement de formation de l'OFPPT comporte une cellule chargée de l'embauche qui entretient de ce fait un contact permanent avec les lauréats non encore insérés dans la vie professionnelle. Cette formation complémentaire sera dispensée par des cadres de SAGMA au sein de l'ISAG.

    L'ISAG recrute des bacheliers sur concours, une sélection de 60 candidats sur 600 environ, déclare M. Alami, directeur de l'Institut. La formation en 2 ans comporte un tronc commun, la première année, durant laquelle sont enseignées la photocomposition, la photogravure et l'impression; la 2ème année, consistant en la spécialisation dans l'une de ces 3 matières, est sanctionnée par un diplôme de technicien supérieur équivalant à un BTS français, assure M. Alami.

    SAGMA est une société marocaine qui travaille beaucoup avec l'étranger, surtout la France. Depuis sa création il y a 6 ans, elle a assuré la saisie de 5.600 livres (dont le dictionnaire Quillet en 12 volumes), soit plus de 2 milliards de caractères, s'amuse à préciser M. Alami. La société reçoit des papuscrits de France qu'elle transcrit en une double saisie, soumet à une correction typographique avant de procéder à leur mise en page. Parfois, elle saisit jusqu'à 10 livres par jour. "Nos lauréats seront donc formés exactement au matériel de SAGMA, aux logiciels qu'ils utilisent", dit M. Alami.

    Bouchra LAHBABI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc