×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Affaires

    FIMME: Deux contrats-programmes en projet

    Par L'Economiste | Edition N°:3429 Le 22/12/2010 | Partager

    . Des discussions devront être entamées avec l’industrie . Un «contrat de croissance à l’export Imme» à l’étude. Abdelhamid Souiri élu nouveau président Depuis hier mardi, la Fédération des industries métallurgiques, mécaniques et électromécaniques (Fimme) a un nouveau président. L’élection a concerné une nouvelle équipe de présidence. Une seule liste s’est présentée aux élections et a été approuvée à l’unanimité. Il s’agit d’Abdelhamid Souiri (Tubes et Profils) qui prend ainsi les commandes de la fédération pour un mandat de trois ans. Il succède à Moulay Youssef Alaoui. Ce dernier occupe le poste de président d’honneur. Quant aux statuts de 1er et 2e vice-présidents, ils sont attribués respectivement à Mohamed Errafai (EGFI Maroc) et Ramon Fernandez (Industube). Le siège de trésorier est occupé par Halouani Abdeslam.«Nous comptons renforcer l’acquis et développer les chantiers entamés par la fédération, notamment les relations avec les pouvoirs publics et la CGEM», indique d’emblée Souiri. L’élection du nouveau comité constitue une des dernières phases d’un processus de restructuration de la fédération entamé en 2008. Une restructuration qui répond à la volonté de la Fimme de fédérer ses membres actuels et potentiels (110 adhérents). Objectif: devenir un interlocuteur incontournable aussi bien au niveau national qu’international. La nouvelle structure est basée sur la réorganisation récente des 9 associations en unions. Il s’agit de l’union de la métallurgie, de la mécanique et de l’électromécanique et celle des services liés à l’industrie. Les professionnels de l’industrie métallique, métallurgique et électromécanique (IMME) veulent bénéficier d’un contrat-programme dans le but d’établir un cadre global pour le développement de toutes les branches d’activité. Et donc renforcer leur partenariat avec le ministère de l’Industrie, du commerce et des nouvelles technologies.Il faut dire que le secteur a profité de la politique des grands chantiers entrepris au Maroc (réseaux ferroviaire, autoroutier, port TangerMed II…). Afin d’en tirer davantage profit, les industriels, via la Fimme, veulent «une part de la facturation en dirhams dans le cadre des appels d’offres internationaux». Par ailleurs, la fédération compte mettre en place, en collaboration avec le ministère du Commerce extérieur, un «contrat de croissance à l’export Imme». Et ce, après la présentation de son étude sur l’identification et le développement de l’offre exportable des Imme (cf. notre édition du 20 décembre 2010)Enfin, la Fimme met le volet formation au centre de ses préoccupations. Il lui sera consacré un budget prévisionnel de 3,6 millions de DH pour 2010/2011 contre 2,5 millions de DH en 2008/2009. La fédération propose ainsi un plan de formation sectorielle groupée interentreprises, en partenariat avec l’Ofppt.


    Offre à l’export

    L’étude commanditée par la Fimme et réalisée par le cabinet Uctora Consulting a émis certaines recommandations afin de booster l’offre exportable des Imme. En effet, les opérateurs doivent développer les marchés traditionnels avec une concentration sur le near-shore (Espagne, France…). «Le secteur devra aussi développer à l’horizon 2015 une industrie mécanique et métallurgique performante reconnue à l’échelle international grâce à une offre compétitive et diversifiée», recommande l’étude. Elle prévoit que dans le cas où le secteur conserve les mêmes rythmes de progression enregistrés sur la période 2005-2008, il obtiendra un chiffre d’affaires à l’export de 3,5 milliards de dollars à fin 2015. De plus, l’Afrique subsaharienne constitue un autre relais de croissance. Enfin, les Imme sont appelées à adopter une stratégie de ciblage couplée (marché/produit) et rendre visible l’offre exportable auprès des marchés ciblés.M. Az

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc