×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprise Internationale

    Fiat Auto : Lancia dévoile son nouveau modèle

    Par L'Economiste | Edition N°:148 Le 06/10/1994 | Partager

    "En matière de lancement de nouveaux modèles, les douze prochains mois seront les plus riches de toute l'histoire de Fiat". C'est en ces termes que s'est exprimé l'administrateur délégué de Fiat Auto, M. Paolo Cantarella, à l'occasion de la présentation à Rome de la Lancia qui remplacera la Thema, sous la lettre K, rapporte le Figaro. Cette berline, qui se veut une rivale des BMW, Mercedes et Safrane, sera exposée au Salon de l'Auto à Paris qui s'ouvre ce jeudi 6 octobre.

    Sur un marché automobile italien en baisse de 9,6% au cours des huit premiers mois de l'année, Fiat Auto améliore ses ventes. Dopées par le lancement de la Punto, il est en effet indiqué que les immatriculations ont progressé de 22% depuis le début de l'année. Les résultats obtenus en France, en Grande-Bretagne et en Espagne sont jugés satisfaisants. La firme italienne se félicite en outre pour sa forte présence au Brésil. Elle affirme être le premier constructeur du pays sud américain avec 29% du marché. "Un exploit sans précédent", commente M. Cantarella. Il note, par ailleurs, que le groupe commence à enregistrer en Europe "les premiers bénéfices concrets de la stratégie de développement mise en place au début des années 90". Le "colossal" programme d'investissement initié voilà près de cinq ans est réalisé à 70 % et les nouveaux établissements du Mezzogiorno, celui de Melfi, où est produite la Punto, et l'usine de moteurs de Pratola Serra, sont arrivés à plein régime.

    Le constructeur italien explique que sa stratégie repose sur deux éléments : des investissements soutenus et une nouvelle organisation interne fondée sur ce que Fiat appelle "l'usine intégrée". "Nous avons abaissé le niveau où l'on prend des décisions, ce qui permet de responsabiliser davantage le personnel et de mieux contrôler les coûts et la qualité".

    Synthèses réalisées par Hakima EL MARIKY

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc