×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Culture

    Festival Tifawin
    Tafraout valorise son patrimoine culinaire

    Par L'Economiste | Edition N°:3332 Le 03/08/2010 | Partager

    . Les spécialités locales à l’honneur. Le folklore ahwach attire les foules DE loin, une marée noire. De près, une foule de gens. Des femmes surtout vêtues de l’habit local, le tamelhaf bleu nuit, caractéristique de la région du Souss et notamment de Tafraout. Par groupes, accompagnées de leurs enfants et de quelques hommes, elles allaient sur la grande place de Tafraout où avait lieu le festival Tifawin. Une manifestation qui attire, chaque année, des centaines de visiteurs et notamment les enfants de la région, partis travailler dans les grands centres urbains du pays ou à l’étranger. Pour l’occasion, la ville s’est parée de mille couleurs du 23 au 26 juillet. L’espace Tifawin a abrité des stands où étaient exposés les produits locaux (artisanats, huile d’argan, miel, amandes, etc.). Sous une méga «anwal» (cuisine en berbère), des femmes s’activaient autour d’un gigantesque buffet composé de spécialités des vallées, douars ou tributs de la région. Des plats dont les recettes se transmettent de mère en fille depuis la nuit des temps. Une vingtaine de recettes traditionnelles et locales étaient ainsi proposées à la dégustation. «Ces mets sont nouveaux pour moi. Je ne connais que les plats communs et c’est très intéressant de découvrir une cuisine ancestrale créative», a déclaré cette Casablancaise, en vacances dans la région. L’expérience est inédite car les visiteurs ont pu également avoir une idée sur les méthodes de préparation, les ingrédients et sur les astuces des goûts et des arômes. En tout cas, c’était réussi: les stands étaient quasiment pris d’assauts par les fines bouches, désireux de découvrir ou redécouvrir les saveurs du Souss. Rassasiés, les visiteurs ont apprécié ensuite dans la soirée les prestations des troupes Ahwach. Pour le spectacle de clôture, ils eurent droit à la chanteuse militante et engagée Fatima Tabaâmrante. Si tout le monde est reparti plus ou moins content, des voix se sont élevées pour préserver les traditions. Parmi eux, Lhoucine Alihsayni, président de l’association festival Tifawin, qui affirme qu’il faut veiller à ce que la manifestation ne soit pas l’occasion de débordements.Ali JAFRY

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc