×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Culture

    Festival du film de Marrakech
    En 2007, la «Cinécitta» marocaine va produire 8 films

    Par L'Economiste | Edition N°:2419 Le 11/12/2006 | Partager

    . Il s’agit d’un investissement de 15 milliards de DH. Un parc de loisirs et un complexe touristique au programmeSi tout va bien, début 2007 devrait voir la concrétisation de la Cité du film de Marrakech suite à la conclusion d’une convention d’investissement entre Tritel, porteur du projet et le gouvernement marocain (cf.www.leconomiste.com). Et en principe, celle-ci devrait produire au moins huit films par an. Le projet en question qui arrive à point nommé, ambitionne de doter Marrakech de studios cinématographiques. Et ce ne sont pas les professionnels du 7e Art qui vont s’en plaindre. En prime, la Cité du film va construire un parc de loisirs, des hôtels et un complexe touristique.Dans sa globalité, le projet devrait être achevé d’ici 6 ans. Mais déjà les responsables annoncent le démarrage des studios de tournage. «En fait, pour produire et tourner des films à Marrakech, nous avons plus besoin de la nature que de murs», confie David Lowe, un des partenaires de ce projet. A noter que ce dernier a cofinancé, à travers un cabinet juridique spécialiste du monde des médias, 500 productions internationales. Selon Mounir Chraibi, wali de Marrakech Tensift Haouz, Tritel a présenté un projet très solvable avec un tour de table solide. Ce consortium est composé de grands investisseurs dans le monde du cinéma et de l’audiovisuel. Il s’appuie également sur un partenaire marocain, l’homme d’affaires, Ahmed Benkirane. L’investissement est colossal: 15 milliards de dirhams pour une superficie de 220 hectares, extensible à 400 ha et 5000 emplois directs à la clé. Commercialement, il n’y a pas de raison que ce projet ne réussisse pas. «Tout a été minutieusement ficelé et d’autres atouts viennent se greffer autour du projet», affirme Ahmed Benkirane. De fait, la mise en service de l’autoroute, le dédoublement de voies entre Marrakech et ses régions vont contribuer à faciliter le démarrage du projet. Par ailleurs, autour des studios des espaces de loisirs, de tourisme, de shopping et de détente sont prévus. Des résidences et des hôtels (20.000 lits), un lac artificiel de 17 hectares et un circuit de rallye automobile sont également annoncés.  Le consortium  confiera à des professionnels comme Accor ou Kempinsky, le volet hôtellerie avec 3 unités de 5 et 4 * et de restauration.  Le design sera pris en charge par d’Andrew Y. Grant, spécialiste du monde des loisirs. Dans son CV, on peut lire l’agencement de l’hôtel sous marin de Dubai et «l’Universal studio Tours». Pour la «Cinecittà» marocaine, Grant affirme qu’il va s’inspirer des casbah et médinas du pays. Pour cela, les promoteurs par ailleurs font appel à plusieurs bureaux d’étude et d’architecture, insiste Najib Mdidech, de Management études et développement.


    Financement

    «Pour le volet financier, 500 millions de dollars ont été levés auprès des banques marocaines et étrangères, notamment BMCE-Bank, Corral Bank et Europe Vision», indique l’homme d’affaires Ahmed Benkirane, l’un des promoteurs du projet de la Cité du films de Marrakech. Par ailleurs, Tritel Management va mettre en place une société marocaine au capital de 20 millions de DH. Badra BERRISSOULE

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc