×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Fès: Panorama socio-démographique

    Par L'Economiste | Edition N°:298 Le 02/10/1997 | Partager

    Les ménages fassis sont composés en moyenne de 5 personnes. Les femmes se marient jeunes par rapport à celles du reste du pays. Conséquence: les moins de 15 ans sont nombreux. Ici aussi le taux d'analphabétisme est alarmant (56,4% à Zouagha/Moulay Yacoub).


    Avec un peu moins d'un million d'urbains et 300.000 ruraux, le taux d'urbanisation de la Grande Willaya de Fès est élevé. A l'exception de Séfrou qui reste une petite ville, les autres provinces de Fès ont des taux d'urbanisation s'approchant de 100%. Zouagha/Moulay Yacoub, loin devant Séfrou, a un taux de 70%. En superficie, la préfecture s'étend sur 5.400 km2, aussi sa densité est-elle loin de ressembler aux grandes métropoles. En moyenne, celle-ci est faible, la plus forte densité de population se situant à Fès El-Jadid avec 2.163,8 habitants au km2. Pour les autres provinces, elle est bien en deçà de 1.000 habitants au km2 et va même jusqu'à 68,6 pour la ville de Séfrou, une des concentrations les plus faibles du pays. Les familles les plus nombreuses de la Préfecture sont concentrées à Zouagha/Moulay Yacoub. La taille moyenne des ménages dans cette province avoisine les 6 personnes. Dans les autres provinces, elle est proche de la moyenne nationale de 5,8. C'est dans la Préfecture de Fès El-Jadid que l'on retrouve les plus petites familles, avec 5,1 personnes en moyenne par ménage.

    Taux de scolarisation correct


    L'examen de la structure par âges d'après le recensement de 1994 permet de conclure que la population est très jeune. En moyenne dans toutes les provinces, 1 personne sur 3 a moins de 15 ans. Le pourcentage de la population des moins de 15 ans atteint même près de 40% dans la province de Zouagha/Moulay Yacoub, l'un des plus forts taux de la région. Fès-Médina dispose d'une proportion de jeunes plus conforme à la moyenne nationale (37%).
    En revanche, le poids de la population âgée dans cette Willaya est faible. A l'exception de Séfrou où la proportion des plus de 60 ans avoisine les 8%, ce pourcentage tourne autour de 6% dans les autres provinces. Globalement, les plus de 60 ans se chiffrent à un peu moins de 60.000, ils constituent environ 3% de la population de cette tranche d'âge au niveau national. Lors du dernier recensement de 1994, ils étaient évalués à 1,8 million. Concernant, la population âgée de 15 à 59 ans, les statistiques permettent de distinguer deux zones biens distinctes. Celle de Fès El-Jadid et Fès-Médina où les pro-portions sont supérieures à 56% et celle de Zouagha/Moulay Yacoub et Séfrou où elles se situent entre 54,5 et 55,5% respectivement.

    Les femmes les plus fécondes de la région se trouvent à Zouagha/Moulay Yacoub, elles ont en moyenne 3,5 enfants, bien qu'elles ne soient pas les plus jeunes à se marier. L'indice de fécondité des autres provinces est plus faible, il tourne autour de 3 enfants et va même jusqu'à 2,4 dans celle de Fès El-Jadid. Le nombre d'enfants moyen par femme dans cette région est inférieur à la moyenne nationale. Les Fassis sont attachés aux traditions. Les femmes se marient jeunes, l'âge moyen au premier mariage se situe aux environs de 25 ans. C'est à Fès El-Jadid que les femmes se marient le plus tardivement (26,9 ans). Néanmoins, dans cette région comme dans les autres préfectures du pays, il a été constaté un recul de l'âge moyen au premier mariage. Le même constat peut être fait pour les hommes, où ceux qui se marient le plus tardivement se trouvent à Fès El-Jadid. En revanche, dans la Province de Zouagha/Moulay Yacoub, les hommes se marient encore jeunes (28,9 ans).

    Autre caractéristique de cette région, une personne sur deux ne sait ni lire, ni écrire. A l'exception de Fès El-Jadid où le taux d'analphabétisme est le plus faible de la région (32%), les autres provinces ont des taux allant de 50,4 à 56,4%. Mais les taux restent alarmants comme d'ailleurs pour tout le reste du pays où la moyenne est de 55%.
    Fait curieux, si l'analphabétisme est important, le taux de scolarisation est raisonnablement correct. Plus de 2 enfants sur 3 vont à l'école dans cette région. Le taux de scolarisation atteint même 81,6% à Fès El-Jadid. Dans la plupart des provinces, ce sont les petites filles qui sont victimes.

    Fatima MOSSADEQ

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc