×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Export: Bond des phosphates au premier semestre

    Par L'Economiste | Edition N°:3342 Le 17/08/2010 | Partager

    . Plus 78% de progression et 15,6 milliards de DH de ventes . Transferts MRE et recettes touristiques poursuivent leur redressement. En revanche, les IDE se détériorent En dépit de l’aggravation du solde commercial, l’amélioration progressive des comptes de la balance courante se poursuit. Ainsi, les dernières statistiques de Bank Al-Maghrib font état d’une dégradation de 8,9% du déficit de la balance commerciale, d’une année à l’autre. «Cette évolution résulte d’une hausse plus importante que celle des exportations», est-il souligné. Résultat: un taux de couverture qui passe en un an de 44,2% à 45,9%. Ainsi la hausse des importations est imputable aussi bien à la progression de 44,1% de la facture énergétique qu’à une augmentation plus accentuée des prix moyens et des quantités importées des principaux produits pétroliers. S’ajoute à cela, la progression de 8,9%, soit de 10,9 milliards de DH des importations hors pétrole. Pour leur part, les importations de demi-produits, chiffrées à 30,7 milliards de DH, se sont accrues de 18,2%, en raison de la progression des achats de composants électroniques, de fer et acier et de produits chimiques. De même, les acquisitions de biens de consommation ont augmenté de 5,8% pour s’élever à 27,5 milliards de DH. Et pour cause, les achats de voitures de tourisme ont progressé de 11%. Les importations de produits bruts, qui s’élèvent à 6,9 milliards de DH, se sont accrues de 3,5%, en raison de la progression des achats de bois bruts. Cependant, les importations de biens d’équipement, qui culminent à 33,4 milliards de DH, ont reculé de 1,3% suite à la baisse des achats d’avions, de machines, d’appareils divers et de produits finis d’équipement agricole. Même tendance pour les acquisitions de denrées alimentaires qui ont accusé une régression de 2,1%, suite à la dégradation de 33 et 10,7%, respectivement, des approvisionnements en blé et en sucre.En parallèle, la progression des exportations s’explique, principalement, selon la note, par le bond de 78,4% des ventes de phosphates et dérivés. Celles-ci se sont élevées à fin juin à 15,6 milliards de DH, compte tenu de l’expansion des quantités expédiées. Hors phosphates, les exportations se sont améliorées de 5,3%. Idem pour les livraisons à l’étranger de composants électroniques et de poissons en conserve qui se sont, respectivement, accrues de 41 et 4%. En revanche, les ventes de vêtements confectionnés, d’articles de bonneterie et de fils ainsi que les câbles pour l’électricité ont diminué de 16,8, 12,4 et 53,8%. Dans le même temps, les recettes de voyages se chiffrent à 22,7 milliards de DH, soit une hausse de 10% par rapport au mois de juin 2009. Quant aux entrées au titre des services de communication, elles ont augmenté de 16%, atteignant 2,7 milliards de DH. De même, les recettes des centres d’appels se sont montées à 1,9 milliard de DH en hausse de 19,2%.En revanche, les recettes au titre des services de transport se sont quasiment stabilisées à 9 milliards de DH. Les transferts MRE ont, pour leur part, totalisé 25,1 milliards de DH progressant ainsi de 11,5% d’une année à l’autre.En revanche, solde négatif pour les opérations financières. Selon la note de Bank Al-Maghrib, le déficit des investissements et prêts privés étrangers s’est établi à -7,8 milliards de DH contre 4,1 milliards dans la même période de l’année précédente. Ainsi, comme nous l’annoncions dans ces précédentes colonnes, les recettes au titre des investissements et prêts privés étrangers se sont limitées à 10,8 milliards de DH, en recul de 18,6% par rapport à fin juin 2009. Les dépenses de même nature, pour leur part, ont littéralement explosées. Elles sont passées de 9,2 milliards de DH à 18,6 milliards. «Ces dépenses ont concerné principalement les cessions d’investissements directs étrangers qui en représentent 78,7%», explique la note. Cela a engendré une sortie nette de 8,4 milliards de DH.M. A. B.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc