×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Culture

    Estamp’Art Gallery prolonge l’exposition de Mourabiti

    Par L'Economiste | Edition N°:3348 Le 26/08/2010 | Partager

    . Une trentaine de créations originales de l’artiste. Des prix variant entre 800 et 5.000 DH ESTAMP’ART Gallery, dédiée exclusivement à l’œuvre d’art sur papier, sous forme de gravures, lithographies, sérigraphies, folios et livres d’art, a inauguré en mai dernier son espace avec une exposition d’œuvres gravées et folios de l’artiste peintre Mohamed Mourabiti, par ailleurs propriétaire de la maison d’hôtes Al Maqam à Marrakech. Suite au succès remporté, la galerie prolonge l’exposition jusqu’au 20 septembre. Les œuvres gravées de Mourabiti sont accompagnées de 3 livres d’art, réalisées avec les poètes Adil Hajji dans «Feuillets de silence», Mostafa Nissabouri dans «Matière réciproque» et «Ruptures» de Abdelhak Serhane. Ces livres regroupent des lithographies originales et des poésies. Comme l’explique Asmae Bennani, patronne de la galerie, «les estampes exposées sont toutes des estampes de création. Il ne s’agit en aucun cas de copies de peintures. Mourabiti a dessiné lui-même sur les pierres lithographiques avec des encres spéciales. Par la suite, nous avons fixé ses dessins et les avons imprimés manuellement et d’une manière artisanale à quelques exemplaires seulement». Et d’ajouter que «chaque épreuve est numérotée et signée par l’artiste». La galerie propose au total une trentaine d’œuvres, imprimées chacune en une trentaine de tirages. Les prix, très accessibles, varient entre 800 et 5.000 DH l’unité. «C’est pour encourager les amateurs à acheter et acquérir des œuvres de qualité même s’ils ne peuvent pas s’offrir la pièce unique d’un peintre», souligne encore Asmae Bennani. Les marabouts, si caractéristiques dans l’œuvre de Mourabiti, sont fortement présents dans les œuvres proposées, agrémentées de noirs, les bleus, les ocres et rouges profonds. Comme support, le peintre a utilisé de la pierre, mais aussi du métal et du cuivre. Ainsi, sept gravures sur cuivre d’un petit format carré contribuent à l’originalité de l’exposition. Pour peindre, il enduit ses pinceaux d’une encre grasse composée d’un mélange de cire, de savon et de noir de fumée. Asmae Lahkim Bennani avait déjà ouvert en 2002, à son retour de France, un atelier spécialisé dans la pratique de l’estampe. Elle a accueilli des artistes qui ont retrouvé les chemins d’un art dont les premières oeuvres remontent à 500 ans, explorés par Dürer, Holbein, Piranèse, Dufy, Matisse, Miro, Tapiés… Aujourd’hui, l’atelier possède une collection de plus de 300 planches créées par Mehdi Qotbi, Mahi Binebine, Farid Belkahia, Hassan El Glaoui, entre autres. Estamp’Art Gallery est en pleine préparation de sa prochaine exposition avec l’artiste Khalid El Bekay.N. B.

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc