×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Courrier des Lecteurs

    Emploi: Tendance globale à la baisse du chômage

    Par L'Economiste | Edition N°:1 Le 31/10/1991 | Partager

    L'ENQUETE sur la population active menée annuellement par la Direction de la Statistique révèle une légère baisse du taux de chômage global, qui passe de 16,3% en 1989 à 15,8% de la population active.
    Le nombre de chômeurs passe de 591.692 à 601.161 et s'accroit de 1,6%. Le marché du travail reste marqué par le chômage des femmes des jeunes et des diplômés.
    La poussée de l'effectif des chômeurs s'explique surtout par le développement du chômage féminin qui s'accroit de 5,8% alors que le chômage masculin baisse de 0,4%. Un chômeur sur trois est une femme. Par tranche d'âge, la catégorie la plus touchée est celle des 15-24 ans avec un taux de 31,1%.
    Les jeunes représentent près de la moitié du chômage global, soit 45,5%. Le chômage ne touche la tranche d'âge suivante qu'à raison de 13,3%.

    L'instruction et la formation sont encore considérées comme le moyen privilégié d'accès au travail.
    Les chômeurs sans diplôme ou titulaires du certificat d'études primaires représentent près de 60% de l'effectif global car ils sont relativement nombreux.
    Cependant le taux à l'intérieur de leur catégorie sont respectivement de 11,2% et 20,8%. N'étant pas instruits, ils acceptent les emplois peu qualifiés qu'offre le marché.
    Dès lors qu'ils sont issus de l'enseignement secondaire et des écoles de formation professionnelle l'insertion devient plus difficile. Les taux de chômage sont de 36% pour les bacheliers et 32% pour les titulaires d'un diplôme de formation professionnelle.
    La Direction des Statistiques a également observé, pour les dernières années, le chômage de longue durée qui a connu un processus cumulatif. Les chômeurs qui cherchent un emploi pendant plus de douze mois sont 61,6% et sont surtout les diplômés de l'enseignement secondaire, puis supérieur.
    Par région, le Centre de (Casablanca et régions) occupe le plus de personnes devant le Centre nord (Rabat, Kénitra, Tanger). Le taux de chômage est le plus fort dans l'Oriental (19,2%) et la région de Tensift.

    L'enquête signale que moins de 1% de chômeurs ont recours aux bureaux de placement pour trouver un emploi. Le contact direct avec l'employeur est privilégié.
    Parmi les lauréats de facultés, le taux de chômage est passé de 6,5% en 1984 à 23% en 1990, soit une multiplication par 3,5 en 6 ans.
    C'est donc un phénomène dont l'ampleur est récente. Il s'explique par le tassement des recrutements dans la fonction publique suite à la politique d'ajustement structurel.
    Les diplômes des grandes écoles et des instituts techniques supérieurs offrent la meilleure garantie d'insertion. (Source: Dir. de la Statistique).

    Les définitions


    Population active en chômage : ensemble des personnes âgées de 15 ans et plus qui ne travaillent pas et se déclarent à la recherche d'emploi, au moment de l'enquête.
    Taux de chômage : rapport en pourcentage entre la population active en chômage et la population active âgée de 15 ans et plus.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc