×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Dossiers

    Emploi & Carrière
    Snobisme

    Par L'Economiste | Edition N°:2419 Le 11/12/2006 | Partager

    Ce qui arrive aux centres d’appel (ou call-centers pour les branchés) est un vrai paradoxe, voire un scandale. On peut étendre cet exemple au tourisme, aux BTP, etc. Voilà une activité qui dispose d’immenses réserves de création d’emplois et qui peine à recruter des jeunes sachant bien s’exprimer en français et possédant un «smig» de culture générale. Pendant ce temps, le pays est confronté au chômage massif de diplômés, jeunes et moins jeunes d’ailleurs. Ceux qui, depuis Rabat ou ailleurs, planchent sur des réformes ou des stratégies –choisissez le mot qui vous conviendra- en matière de formation devraient se faire tout petits. Comment expliquer que le système éducatif soit incapable de produire des gens en mesure de répondre correctement au téléphone ou d’assister un client à distance? Le comble est que notre promotion à l’international exploite à fond l’argument de la disponibilité d’une main-d’œuvre qualifiée et meilleur marché. Sans répondre à la question de fond, et puisqu’il fallait soi-disant se positionner sur des créneaux à forte valeur ajoutée, on nous a sorti le plan Emergence et ses 10.000 ingénieurs dont on se demande déjà d’où ils sortiront. En soi, «Emergence» traduit une certaine ambition de la politique industrielle, mais il ne faudrait pas que cela se transforme en «snobisme». Face à la pénurie de ressources humaines, les centres d’appel se débrouillent comme ils peuvent. Ils se «piquent» les uns les autres leurs meilleurs éléments, ce qui a pour conséquence de faire pression sur les coûts salariaux du secteur. A moyen terme, c’est tout ce qui fait l’attractivité du Maroc dans cette activité qu’il faudra revoir.Abashi SHAMAMBA

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc