×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Courrier des Lecteurs

    Emission de GDR : Les holdings et sociétés industrielles attendues

    Par L'Economiste | Edition N°:242 Le 08/08/1996 | Partager


    Après la BMCE, la levée des capitaux par émission de GDR devrait intéresser d'autres entreprises pour le financement de leur croissance.


    Le succès de l'émission de GDR (Global Depositary Receipt) par la BMCE devrait amener d'autres entreprises sur le marché international des capitaux. Outre les banques et les holdings structurées, des cimenteries et entreprises agro-industrielles sont aujourd'hui jugées "aptes" à entreprendre la démarche.

    Une question reste cependant posée: une seconde émission émanant d'une autre banque connaîtra-t-elle le même succès?

    Selon les analystes, la première émission est toujours bien perçue par les investisseurs désireux de diversifier le risque.

    Ils laissent entendre qu'il serait sans doute préférable que la deuxième émission émane d'une holding ou d'une entreprise industrielle.

    "Le secteur bancaire est soumis à une réglementation des plus sévères et les groupes tels que l'ONA ou la SNI occupent une bonne position sur le continent africain, deux facteurs qui peuvent rassurer l'investisseur étranger", explique M. Adnane Chmanti de Wafa Bourse.

    Concrètement, l'introduction directe d'une société marocaine sur une bourse étrangère est difficilement envisageable compte tenu de la rigueur des réglementations des places occidentales.

    En revanche, le drainage de capitaux internationaux par l'émission de GDR est plus aisé du fait de la souplesse de la procédure. Ce sont des certificats émis sur un marché développé en contrepartie d'actions de sociétés. Ces instruments permettent de dépasser les problèmes d'accessibilité, de liquidité et d'étroitesse du marché domestique à court terme. "De plus, les obligations d'informations financières sont relativement plus souples que pour une cotation directe", souligne M. Chmanti.
    Les GDR assurent ainsi une présence indirecte de l'entreprise sur le marché international en la faisant bénéficier de nouvelles perspectives de croissance.

    "Outre la souplesse de la procédure, cet instrument permet aux investisseurs internationaux notamment de contourner les problèmes liés à la conservation de titres et au système de règlements/livraisons", indique M. Hassan Aït Ali, directeur général d'Upline Securities.

    Les GDR libellés en devises éliminent le risque de change à l'exception des dividendes distribués. Enfin, ces certificats sont liquides et les conditions de sortie plus faciles.

    Taille critique de l'émission


    Cependant, les barrières à l'entrée sont relevées. Ainsi, la taille minimale de l'émission sur le marché international doit se situer autour de 30 millions de Dollars. "L'entreprise est tenue de répondre à des exigences en termes de capitalisation et de taille critique, disposer d'une structure financière solide et dégager une rentabilité suffisante", précise M. Aït Ali.

    Par ailleurs, la société émettrice doit diffuser une notice d'informations détaillée et désigner une banque d'affaires de renommée internationale chargée du placement des certificats.

    Cependant, le coût de l'émission intégrant une campagne de communication d'envergure peut être dissuasif.

    Cependant, bien que le placement dans les GDR soit sécurisant, "l'évolution du cours des titres domestiques risque de se déconnecter de celle des certificats qui leurs sont attachés ou des fondamentaux du pays émergent", relève un courtier.

    Outre la structure financière et la rentabilité de la société émettrice, entrent en ligne de compte dans la réussite de l'émission les potentialités du secteur d'activité de l'entreprise.

    En effet, les branches high tech lèveront plus facilement des fonds sur les marchés internationaux. L'émission d'emprunts obligataires constitue un autre moyen de drainage de capitaux internationaux.
    Parmi les contraintes reconnues à cet instrument figurent le risque de change au moment du remboursement et le calcul des risques pays et d'entreprise nécessaires à tout type d'émission.

    Mouna KABLY

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc