×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Electricité: 2,5 milliards de DH pour le réseau de transport

    Par L'Economiste | Edition N°:292 Le 07/08/1997 | Partager

    Le réseau de transport d'électricité a coûté très cher. Dans le souci de rationaliser les coûts pour les projets à venir, l'ONE fait jouer à fond la concurrence. Objectif: réduction de 20% sur les coûts des travaux.


    L'Office National de l'Electricité (ONE) investit 2,5 milliards de DH pour l'équipement du réseau de transport sur la période 1997-1999. Cet équipement est financé par la BEI, le Fades, la BAD, l'ONE et des tiers. Objectif: rationaliser les coûts du réseau transport. "Notre réseau de transport est très beau et largement dimensionné par rapport aux besoins. Le seul inconvénient est qu'il a coûté très cher", indique M. Driss Benhima, directeur général de l'ONE. Le réseau continue néanmoins de se développer pour s'adapter à la structure de la production et à la répartition de la consommation. Aussi le souci principal de l'ONE est-il de réduire les coûts sur les travaux à venir qui s'imposent en raison de l'électri-fication rurale, l'interconnexion... «L'objectif est de faire baisser les coûts d'au moins 20%», affirme M. Benhima.
    L'orientation adoptée par l'Office sur ce type de projet est d'aller vers des lots uniques. Pour cela, l'ouverture à la concurrence devra s'accentuer.

    Le programme lancé est destiné à 5 projets importants. Près de 1.880 km de lignes supplémentaires sont prévus sur le réseau très haute tension (THT) et 800 km en haute tension (HT). Il concerne également 700 km de liaison par fibres optiques, ainsi que 90 travées et quelques transforma-tions. Concrète-ment, les travaux visent notamment le raccordement des centres de production et le renforcement du réseau associé à l'interconnexion Maroc-Espagne. Pour ce dernier chantier, il est programmé la réalisation de la 3ème phase de cette interconnexion comprennant pas moins de 220 km de lignes et une dizaine de travées. Quant au raccordement des centres de production, il s'agit, en autre, des travaux de renforcement et d'extension du réseau THT qui devront être opérés dans le cadre de la production concessionnelle de Jorf Lasfar (tranches III et IV) . Le reste du programme est destiné aux extensions et à la réhabilitation des réseaux THT et HT.

    Autoroutes électriques

    L'énergie électrique ne se stockant pas, elle circule instantanément sur les lignes électriques depuis les centres de production jusqu'aux lieux de consom-mation. Ce sont ces lignes électri-ques qui forment des réseaux de transport. "Ces réseaux sont comparables aux réseaux routiers avec leurs autoroutes, leurs voies primaires et secondaires. Tout le long de ces voies, le courant est transporté, réparti et transformé pour être livré en quantités adaptées aux besoins des différents consommateurs", explique d'une manière imagée un responsable de l'Office. Ces lignes servent également de support des voies de transmission de données et de télécommunications nécessaires à l'exploitation et à la conduite du réseau électrique.
    Actuellement, le réseau THT se compose de:
    - 500 km de circuits de ligne à 400 kV, dont 23 km exploités à cette tension;
    - 5.510 km de ligne 225 et 150 kV;
    - 39 postes de taille différentes.
    Le réseau de répartition haute tension comporte :
    - 8.540 km de ligne de 60 kv;
    - 221 postes.

    Fatima MOSSADEQ

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc