×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Affaires

    eFloussy calme son réseau

    Par L'Economiste | Edition N°:3348 Le 26/08/2010 | Partager

    . Nouvelle injection en fonds propres pour soulager les comptes . Un protocole d’accord vient d’être signé avec les agents mécontentsL’enseigne eFloussy de Quick Money, spécialisée dans le transfert d’argent, vient de trouver un terrain d’entente avec son réseau d’agents. Un protocole d’accord vient d’être signé entre le management et l’Association nationale des agents eFloussy. En effet, un comité ad hoc, formé d’agents du réseau et de représentants de Quick Money vient d’être créé «afin d’accompagner les agents opérationnels dans l’accès au financement de leurs projets et statuer, ensemble, sur les cas spéciaux», précise-t-on auprès de Quick Money. Cette entente intervient suite à un mouvement de protestations de l’Association des agents (au nombre de 300). Des concessionnaires se sont plaints d’une «crise de liquidités, de déficits chroniques en fonds de roulement et de décalages entre la distribution de l’argent transféré et sa compensation…». Contacté par L’Economiste, le management de Quick Money assure que la situation financière, «qui vient d’être auditée et expertisée par des cabinets conseil, est globalement stable». Les difficultés signalées sont plutôt «relatives à la pression exercée sur le fonds de roulement». En clair, précise le management, plus le réseau d’agences grandit en nombre de points et/ou en volume journalier, plus la société Quick Money devra couvrir 4 à 5 jours de flux en fonds propres. Or, selon un cadre de la société, une bonne partie des fonds propres de Quick Money est à ce jour immobilisée dans les installations des agences eFloussy, réalisée dans le cadre du programme Moukawalati, et dont le financement bancaire n’est pas encore débloqué. De l’avis du management eFloussy, «en dehors de toute action de protestation, la principale revendication de nos agents, légitime par ailleurs, consistait à assurer une alimentation en fonds de roulement. Mais la croissance des montants distribués au quotidien qui suppose de couvrir 4 à 5 jours d’activité en fonds propres ainsi que l’intégration de nouveaux services d’encaissement de factures pour tiers qui impliquent d’immobiliser des cautions bancaires… ont fini par exercer «une tension sur le fonds de roulement», reconnaît le management. Ce qui a eu un impact sur la circulation des liquidités entre Quick Money et ses agents. Aujourd’hui, les actionnaires annoncent avoir procédé à une nouvelle injection en fonds propres. Ainsi, la part des fonds propres de l’investissement dans Quick Money vient de passer à près de 100 millions de DH. Une opération censée soulager les comptes de la société et lui permettre de parer à la crise de croissance.Valeur aujourd’hui, le réseau eFloussy compte avec 520 agences, dont plus de 460 déjà opérationnelles. Côté volumétrie moyenne des transferts effectués, l’on parle d’une fourchette qui tend vers les 100 millions de DH et ce, en moins d’un an de mise en service du réseau. Rien ne filtre encore sur le chiffre d’affaires prévisionnel pour cette année. En tout cas, Quick Money devra connaître son équilibre (exercice comptable) en 2011, annonce le management.


    Quick Money au Mali et en France!

    Quick Money vient de signer un accord pour le déploiement de la marque eFloussy au Mali. La mise en œuvre de ce déploiement devra intervenir en 2011. «L’universalité du concept eFloussy va être prouvée avec l’extension au Mali, très bon stress concept», annonce-t-on auprès du groupe. En France, Quick Money dispose d’une option d’achat sur une start-up spécialisée dans le transfert d’argent vers le Maroc. Les démarches sont en cours pour l’obtention d’un agrément de la Banque de France. Ces projets s’inscrivent dans le moyen terme, soit entre 2 et 5 ans.Amin RBOUB

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc