×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Courrier des Lecteurs

    Du volume en cessions directes

    Par L'Economiste | Edition N°:310 Le 25/12/1997 | Partager

    C'est un fait logique. En fin d'année, le marché des cessions directes s'anime. Même s'il n'atteindra pas le volume record d'il y a deux ans engendré à l'époque par la tentative des assurances de contourner certaines dispositions fiscales de la Loi de Finances transitoire janvier-juin 1996, ce mois de décembre ne déroge pas à la règle.
    Les gros blocs continuent d'animer le marché. Pour la semaine du 17 au 23 décembre, le volume total des transactions s'est établi à 755.511.174,16 DH dont 84,3% réalisés en cessions directes. La plus grosse opération porte sur la BMCE qui, au cours de la séance du 19, a vu un paquet de 110.000 actions changer de main en un seul contrat conclu à 585 DH pour une. Sur le même compartiment, 27.500 actions Brasseries du Maroc ont été échangé à 2.150 DH l'une lors de la séance du 22. D'autres opérations significatives ont entre autres porté sur Wafabank (10.560 actions à 877 DH) et BNDE (10.000 actions à 230).
    Comme d'habitude, ces opérations sont attribuées aux institutionnels visant réaliser des plus-values à la veille de la clôture des comptes. Sans doute devront-ils atteindre de nouvelles introductions pour mieux garnir leur portefeuille. D'autant que le marché semble avoir atteint son plateau. Pour cette semaine, les indices CFG et USI ont pratiquement stagné. Selon des analystes, «il est peu probable, à l'état actuel, que 1998 soit entamée à une cadence similaire à celle du début de l'année dernière». Les espoirs reposent ainsi sur les résultats du road-show, la création du second marché murmurée dans les milieux boursiers ou le redémarrage des opérations de privatisation qui se font toujours très désirer.

    Du volume en cessions directes
    C'EST un fait logique. En fin d'année, le marché des cessions directes s'anime. Même s'il n'atteindra pas le volume record d'il y a deux ans engendré à l'époque par la tentative des assurances de contourner certaines dispositions fiscales de la Loi de Finances transitoire janvier-juin 1996, ce mois de décembre ne déroge pas à la règle.
    Les gros blocs continuent d'animer le marché. Pour la semaine du 17 au 23 décembre, le volume total des transactions s'est établi à 755.511.174,16 DH dont 84,3% réalisés en cessions directes. La plus grosse opération porte sur la BMCE qui, au cours de la séance du 19, a vu un paquet de 110.000 actions changer de main en un seul contrat conclu à 585 DH pour une. Sur le même compartiment, 27.500 actions Brasseries du Maroc ont été échangé à 2.150 DH l'une lors de la séance du 22. D'autres opérations significatives ont entre autres porté sur Wafabank (10.560 actions à 877 DH) et BNDE (10.000 actions à 230).
    Comme d'habitude, ces opérations sont attribuées aux institutionnels visant réaliser des plus-values à la veille de la clôture des comptes. Sans doute devront-ils atteindre de nouvelles introductions pour mieux garnir leur portefeuille. D'autant que le marché semble avoir atteint son plateau. Pour cette semaine, les indices CFG et USI ont pratiquement stagné. Selon des analystes, «il est peu probable, à l'état actuel, que 1998 soit entamée à une cadence similaire à celle du début de l'année dernière». Les espoirs reposent ainsi sur les résultats du road-show, la création du second marché murmurée dans les milieux boursiers ou le redémarrage des opérations de privatisation qui se font toujours très désirer.


    Taux de référence (Recommandés par le GPBM)
    court terme: 9,25%; moyen terme: 9,50%; long terme: 10,25%; crédit export: 8%
    TEG (Taux effectif global): 19,63%.
    Taux créditeurs observés
    3 mois: 6,75%
    6 mois: 7,25%
    12 mois: 8,25%
    Taux moyen pondéré calculé par Bank Al-Maghrib /marché monétaire interbancaire
    17/12: 6,004%; 18/12: 6,005%; 19/12: 5,898 %; 22/12: %; 6,237; 23/12: 6,343%
    · Volume quotidien moyen: 1.682 MDH
    Taux moyen pondéré mensuel interbancaire
    Novembre: 6,523%
    Taux interbancaire à terme enregistré par Bank Al-Maghrib
    1 semaine: 6,5% (contracté au 17/12/97)
    1 mois: 8% (contracté au 17/12/97)
    8% (contracté au 19/12/97)
    7,75% (contracté au 16/12/97
    8,50% (contracté au 08/12/97)
    6 mois: 7,75% (contracté au 17/11/97)
    8,50% (contracté au 27/08/97)
    9 mois: 8% (contracté au 03/11/97)
    Intervention de BAM/marché monétaire
    Appel d'offres du 24/12/97
    Tombé: 1,1 milliard de DH
    Demandé: 2,861 milliards de DH
    Servi: 650 millions de DH
    Taux: 6,50%
    Echéance: 31/12/97.
    Taux de refinancement moyen pondéré mensuel
    Bank Al-Maghrib
    Novembre: 6,639%
    Bons du Trésor: Adjudications du 23/12/97
    52 semaines (en assimilation): offert et retenu
    409 MDH à un PMP (prix moyen pondéré)
    de 100,0042 DH, soit un taux de 7,4845%.
    5 ans: offert 650,75 MDH à 8,5%; rejeté.
    10 ans: offert et retenu, 30 MDH à 9%
    15 ans: offert et retenu, 220 MDH à 9,50%

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc