×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Deux nouveaux additifs alimentaires autorisés au Maroc

    Par L'Economiste | Edition N°:1 Le 31/10/1991 | Partager

    La commission interministérielle permanente pour le contrôle alimentaire et la répression des fraudes dans la vente des marchandises autorise l'utilisation dès 1992 de deux additifs alimentaires, parmi de nombreux autres sollicités .
    Il s'agit de l'acide benzoïque et de l'acide sorbique.
    L'acide benzoïque :
    La pasteurisation des sodas à base de jus d'orange n'est pas suffisante pour éviter l'oxydation de la pulpe et assurer une qualité propre à la consommation à longue échéance.
    L'addition d'un conservateur, l'acide benzoïque s'imposait.
    L'acide sorbique :
    Ce produit a été autorisé pour les fromages. Son usage est strictement limité à la croûte.
    Au Maroc, l'addition de substances chimiques d'origine synthétique dans les denrées alimentaires n'est pas autorisée en principe.

    Toutefois, dans certains cas, elle est tolérée sous réserve d'autorisations accordées par la commission après études.
    Les débordements (accidents techniques, négligence dans l'utilisation) sont quasiment inévitables et peuvent causer de graves dégâts.
    Le bicarbonate de sodium, utilisé dans les sodas, a été détecté à une dose dépassant celle autorisée: défaillance des doseurs. C'est aussi le cas de l'acide borique, antiseptique, introduit illégalement sur le marché. Destiné à éviter l'oxydation des crevettes, ce conservateur autorisé en France à raison de 10 ppm a été retrouvé dans du poisson et des viandes au Maroc à 160 ppm, quantité seize fois supérieure à celle autorisée en France.

    La quantité détectée s'explique par une série d'additions effectuées par le pêcheur, le grossiste, le transporteur et le détaillant. Aussi, tout nouveau produit autorisé sur le marché national est une source d'inquiétude supplémentaire pour les autorités en raison des dangers qu'il peut présenter pour la santé à long terme et de l'utilisation détournée qui pourrait en être faite.
    Les conditions imposées pour l'utilisation de ces conservateurs sont strictes. Aucune trace d'antibiotique ( acide sorbique ) ne devrait pouvoir être décelée dans la masse des fromages, son champ d'action se limitant à la croûte.
    En ce qui concerne les sodas, aucun surdosage d'acide benzoïque ne sera tolérée.


    Nadia EL ASRI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc