×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Affaires

    Des villas économiques pour la classe moyenne

    Par L'Economiste | Edition N°:2172 Le 15/12/2005 | Partager

    . Les chantiers à lancer en 2006 pour réaliser 9.363 unités . Villes concernées: Marrakech, Agadir, Meknès, Tanger, Oujda et Skhirat. Le prix varie entre 600.000 et 700.000 DH pour 150 à 200 mètres carrésAHMED Taoufik Hejira ne cesse d’étonner. Encore une fois, le ministre du Logement et de l’Urbanisme sort de sa boîte un projet inédit. Il s’agit de la villa économique, nouveau concept d’habitat destiné à la classe moyenne. Il présente le produit demain vendredi 16 au Premier ministre, à des promoteurs privés et aux banquiers. A cette occasion, une convention sera signée entre les opérateurs publics d’habitat (OPH) et le ministère de tutelle. Objectif: lancer les travaux de la première tranche de 9.363 villas économiques en 2006. Ces unités, réparties en 25 projets, seront prises en charge par 5 établissements publics. Ainsi, la holding Al Omrane réalisera 3.820 villas, l’Erac-Sud 2.976, l’Erac-Tensift 2.136, l’Oriental 300 et le Nord-Ouest 131. Plus précisément, ces projets sont localisés à Marrakech, Agadir, Meknès, Tanger, Skhirat-Témara et Oujda.La superficie de ces villas varie entre 150 et 200 mètres carrés. Les prix de vente se situent entre 600.000 et 700.000 DH. Pour réaliser ce programme, les opérateurs publics devront mobiliser près de 6 milliards de DH.Les moyens existent et le ministre de tutelle affiche une confiance quant à la réussite de ce nouveau programme qu’il s’apprête à lancer. D’abord, l’évaluation des projets-pilotes a été positive. En effet, les 2.000 villas, réalisées notamment à Marrakech, ont rencontré un «succès sans précédent», selon les termes de Hejira. Il raconte les nuits blanches des candidats devant l’Erac-Tensift pour être les premiers servis en villas. «Après ce test réussi, je suis allé chez le Premier ministre pour lui présenter le concept et obtenir son aval pour le lancement de ce programme», confie le ministre du Caire où il participe à une rencontre sur l’habitat et l’urbanisme arabes. Pour les initiateurs de l’opération, personne n’avait pensé auparavant à cette catégorie sociale, pourtant solvable. Incontestablement, elle ne pouvait se permettre des appartements de haut standing construits à tour de bras. Elle s’est donc tournée le plus souvent vers les programmes de logements sociaux. Avec cette nouvelle offre, il sera question de réorienter ces ménages vers d’autres types d’habitats que ceux qu’ils occupent par défaut, dira Hejira. Ainsi, l’habitat social sera laissé à ses vrais destinataires. D’ailleurs, le programme prévoit la participation d’Ahmed Lahlimi, haut-commissaire au Plan, pour faire un exposé sur la classe moyenne à la lumière des résultats du recensement de la population et de l’habitat de 2004.. Foncier bon marchéL’avantage de la formule est d’avoir une villa à une quinzaine de km des villes où le foncier est bon marché. Sur le plan urbanistique, ce sont des résidences fermées, privilégiant la circulation piétonne à l’intérieur du périmètre et des ouvrages collectifs (piscine, espaces de jeux pour enfants…). Cette formule intègre l’écologie avec des éclairages publics au solaire.Pour le ministre, le secteur public initie le marché par le lancement de ce programme. Après, c’est au tour du privé de prendre la relève puisque l’avenir est dans la promotion immobilière. Il est persuadé que ce concept apportera un changement de fond en comble du paysage des villes. En tout cas, des avantages sont prévus pour encourager le secteur privé. La loi de Finances pour 2006 prévoit l’exonération de la TVA pour la construction de maisons de 300 mètres carrés couverts. Le ministre prévoit la possibilité d’ouvrir de nouvelles zones à l’urbanisme à proximité des villes. Il peut également réserver des zones du foncier public pour les besoins de ce programme.Les banques ne sont pas en reste. Elles devront adhérer au projet. Les prêts à accorder portent sur l’habitat et les traites à payer à la banque correspondent au montant du loyer du logement. C’est aussi une manière de pérenniser la gestion des comptes dans une banque. Le ministre est optimiste et pense que les banques vont rivaliser sur les conditions avantageuses et la compétition sur les taux en faveur de la classe moyenne.


    Les architectes impliqués

    PENDANT la cérémonie, trois prix seront décernés à des architectes pour des projets de villa économique dans la ville nouvelle de Tamesna, à côté de Rabat. D’autres architectes sont invités à participer à la matinée de présentation des villas économiques. L’objectif est de les sensibiliser à ce nouveau produit d’habitat destiné à la classe moyenne.Mohamed CHAOUI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc