×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Agenda

    Des marchés européens porteurs : L'agriculture biologique en forte croissance

    Par L'Economiste | Edition N°:148 Le 06/10/1994 | Partager

    Les exportateurs marocains de primeurs et d'agrumes craignent la fermeture des marchés européens pour leurs produits basiques. Mais les marchés sont porteurs sur des créneaux comme l'agriculture biologique.

    La curiosité et la demande pour les produits écologiques sont de plus en plus importantes. Le consommateur européen sensible attache aujourd'hui beaucoup d'importance notamment aux fruits et légumes produits dans des conditions écologiques tout en respectant l'environnement et la qualité des composants.

    Les produits biologiques n'occupent encore de nos jours qu'une place moindre à travers l'Europe; mais, alors que le secteur alimentaire dans son ensemble subit une crise générale, les chiffres d'affaires de la vente des produits biologiques augmentent d'année en année, atteignant un taux de croissance supérieur à la dizaine. Avec des recettes qui dépassent de 15 à 30% celles issues de la vente de fruits et légumes produits de manière traditionnelle, le commerce s'avère intéressant pour les producteurs, particulièrement pendant la contre-saison.

    Le consommateur européen se nourrit de manière saine, surveillant le nombre de calories absorbées et prend conscience du rôle de plus en plus important que la protection de la nature et de ses ressources jouent dans le choix des produits achetés. C'est ainsi que les produits biologiques s'insèrent dans la tendance. De plus, avec l'introduction récente des produits biologiques, en tant que nouvelle gamme de produits, dans les supermarchés, d'autres augmentations de chiffres d'affaires sont attendues. Les produits biologiques se sont libérés de la commercialisation dans les magasins spécialisés avec leur clientèle restreinte pour conquérir de nouveaux adeptes, d'où des prévisions de hausses de chiffres d'affaires supplémentaires pour la période à venir.

    Obligation réglementaire

    Afin de s'assurer un approvisionnement suffisant en denrées périssables, notamment en fruits et légumes, des réseaux de commercialisation se sont établis entre les pays fournisseurs traditionnels tels que la Hollande, la Belgique, l'Italie, l'Espagne et surtout Israël. Malgré tout, pendant la contre-saison, entre les mois d'octobre et mai, le marché allemand reste encore sous-alimenté. Les importateurs et grossistes sont à la recherche d'autres sources d'approvisionnement. Plusieurs producteurs non-européens seraient intéressés par la diversification de leur offre, mais craignent de subir les lourdes obligations réglementaires mises en oeuvre par rapport à la production et au contrôle. Les importateurs, qui connaissent cette réalité, offrent d'apporter aux producteurs un service-conseil, la garantie d'un prix plancher et parfois même un soutien financier.

    Il ne suffit pas d'être naturel pour être biologique. L'agriculture biologique doit respecter des principes de mode de production définis par l'Union Européenne ainsi que par des associations nationales regroupées dans la Fédération internationale de l'agriculture écologique (IFOAM).

    Les principes généraux consistent en:

    1-La condition du milieu
    Quand les domaines ou parcelles sont situés à proximité de sources de pollution importantes, l'organisme de certification doit procéder à des analyses avant de certifier qu'un produit est biologique.

    2-Le choix des cultures et des variétés
    Il doit tenir compte des conditions pédo-climatiques. Les espèces et variétés doivent être résistantes aux maladies.

    3-La rotation des cultures
    L'étude des possibilités de rotation de cultures sert à réduire l'utilisation d'engrais ou de pesticides. La nécessité de rotation avec des légumineuses doit être mentionnée par les organismes de certification.

    4-La fertilisation
    Concernant les engrais, il est nécessaire de procéder à une rotation déterminée, à des cultures intercalaires ainsi qu'à l'utilisation d'engrais naturels autorisés (fumier, compost, algues, poudre de roches, etc.... liste établie par le MAMVA).

    Pesticides synthétiques exclus

    La matière organique produite sur l'exploitation doit être la base du programme de fertilisation. Tout apport d'azote doit se faire sous forme organique.

    5- La protection des cultures
    Le traitement phytosanitaire se fait exclusivement avec les procédés et les produits ayant reçu une autorisation (bacillus thuringiensis, propolis, bouillie bordelaise, etc..., liste établie par le MAMVA).

    Tout pesticide d'origine synthétique est exclu.

    6- Les techniques culturales
    Quelques techniques culturales spécifiques servent à réduire l'application de produits phytosanitaires et herbicides. Tous les produits obtenus par synthèse chimique sont interdits (par exemple herbicides et régulateur de croissance basé sur les hormones synthétiques).

    7- Certification et contrôle
    Tout produit exporté vers les pays de l'Union Européenne doit se soumettre au contrôle de conformité avec le règlement de l'U.E. Les produits d'une parcelle biologique ne peuvent être commercialisés en tant que produits biologiques que lorsque les principes mentionnés ont été pratiqués pendant au moins 2 ans (produits de la 3ème récolte).

    Le contrôle peut réduire ou prolonger la période de conversion, compte tenu de l'utilisation antérieure de la parcelle. Dans la plupart des pays du Tiers-Monde, il n'y a aucune organisation de l'agriculture biologique reconnue sur le plan international. Il n'y a pas de système de contrôle conforme à la réglementation de l'U.E.

    Le système d'organisation du mode de production biologique, de certification et de contrôle doit être établi par l'importateur. Les frais de cette opération seront compensés par des droits d'exclusivité et de détermination du prix du produit par l'importateur.

    Au Maroc, le Ministère de l'Agriculture et le la Mise en Valeur Agricole a chargé la DPV (Direction de la Protection des Végétaux) de procéder au contrôle au niveau de la production agricole et l'E.A.C.C.E. (Etablissement Autonome de Contrôle et Coordination des Exportations) de procéder au contrôle de la production biologique à l'export.

    L'évolution du marché allemand

    Si l'on fait une rétrospective sur l'évolution de la culture biologique, l'on constate que celle-ci a connu, en Allemagne, ces 13 dernières années, une forte croissance. En 1980, il n'y avait que 550 exploitations agricoles écologiques: elles sont aujourd'hui au nombre de 4.900. Leur production est supérieure à ce qui peut être écoulé par les canaux de distribution traditionnels: magasins biologiques, diététiques, marchés hebdomadaires...

    Un concept biologique est apparu, prônant le succès des produits biologiques, qui se base sur deux principes fondamentaux: l'utilisation d'emballages biodégradables et une distribution rapide par les chaînes de grands supermarchés.

    La consommation "occasionnelle" de produits alimentaires nouveaux tels que les produits biologiques a nettement augmenté ces dernières années. 67% des personnes interrogées en 1992 ont avoué acheter de temps à autre des produits biologiques. En 1980, la proportion était de 20%. Les raisons premières de cette nouvelle orientation sont que cette alimentation est saine, aux composants précieux pour l'organisme et que les conditions de production tiennent compte de la protection de l'environnement et de la nature.

    Source: Projet maroco-allemand de promotion des exportations
    Exportfärderung chez CMPE
    Synthèses de revues spécialisées (Fruchthandel et ZMR)

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc