×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Cure d’austérité au Pentagone

    Par L'Economiste | Edition N°:3339 Le 12/08/2010 | Partager

    . Objectif: Economiser 100 milliards de dollars. Enveloppe 2011: 700 milliards de dollarsEN promettant des coupes claires dans ses coûts au profit de ses missions prioritaires, le Pentagone espère convaincre le Congrès américain de ne pas réduire son colossal budget, mais cet effort pourrait ne pas suffire à le mettre à l’abri de la rigueur, selon les experts.Le secrétaire américain à la Défense, Robert Gates, a annoncé cette semaine une série de mesures devant contribuer à économiser 100 milliards de dollars en 5 ans. Parmi ces annonces figurent une baisse du budget consacré aux sous-traitants, une réduction du nombre de postes de généraux et hauts fonctionnaires, ainsi que la suppression d’un des commandements militaires du Pentagone.Il ne s’agit pas de réduire le budget de défense mais de mieux l’utiliser, a expliqué Gates, en soulignant que «les différents services pourront garder les économies dégagées pour les réinvestir dans des besoins plus prioritaires», notamment les guerres en Irak et en Afghanistan et la modernisation de l’arsenal militaire américain.«Il est important que nous ne répétions pas les erreurs du passé, quand des temps économiques difficiles ou la fin d’une campagne militaire entraînent des coupes déraisonnables dans le budget de défense», a-t-il prévenu.Epargné par le gel des dépenses décidé par l’administration américaine, le Pentagone bénéficie d’une enveloppe 2011, en légère hausse, à 700 milliards de dollars.Mais le Pentagone cherche à anticiper le ralentissement prévu de la hausse de son budget dans les prochaines années, après de fortes augmentations annuelles pendant l’administration Bush.Dans un contexte de morosité économique, ces efforts risquent néanmoins de ne pas suffire à préserver le titanesque budget du Pentagone, qui a plus que doublé depuis 2001 et représente plus de 40% de l’ensemble des dépenses militaires mondiales.«Je crois que c’était un pas nécessaire, mais insuffisant pour préserver une petite hausse du budget défense», estime Maren Leed, analyste militaire du Centre d’études internationales et stratégiques (CSIS). «Il existe une pression croissante de la part du Congrès pour réduire le budget défense. Le danger, c’est que le Pentagone propose des réallocations de budget mais que les parlementaires n’acceptent que les réductions de coûts, pas les réinvestissements», explique-t-elle.Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc