×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Création d'entreprises à Ben Guerir : Des études pour baliser le terrain

    Par L'Economiste | Edition N°:260 Le 26/12/1996 | Partager

    Le Rotaract Club de Casablanca a organisé le 21 décembre une journée de sensibilisation des jeunes de la région de Ben Guerir à la création d'entreprises. L'objectif était d'informer les jeunes de cette région sur les étapes de création d'une entreprise tout en les mettant en garde contre les risques qui peuvent surgir.
    Selon Mlle Leïla Rochd, secrétaire générale du club, ce séminaire est le premier d'une série de trois séminaires envisagés dans d'autres villes du pays. A noter qu'il fait partie des activités sociales assurées par le Rotaract Club de Casablanca.

    Toujours dans la même région, une étude visant à identifier les secteurs porteurs a été menée dans le cadre de la coopération franco-marocaine avec l'appui de la DATAR/France (Délégation à l'Aménagement du Territoire et à l'Action Régionale) et la collaboration de l'IMED (Institut Méditerranéen pour l'Economie et le Développement). Cette étude, proposée par la DGCL (Direction générale des collectivités locales), et dont le coût s'est élevé à environ 300.000DH, a duré cinq mois (mai-septembre 1996). Son objectif est de créer une structure d'accueil aux activités économiques, souligne M. Jean-Louis Rizzo, directeur du cabinet Clé Etudes, chargé de l'étude. Selon lui, cette étude a identifié quelques secteurs porteurs tels que l'élevage ovin et les figues de Barbarie dont le potentiel d'exploitation est de 400.000 hectares.

    M. Touhami Mouib, chargé des études, coopération et travaux à la Municipalité de Ben Guerir, indique que 80 autres études ont été menées dans la région en faveur des jeunes entrepreneurs. La moitié de ces études ont déjà été adressées aux organismes de financement et cinq entreprises ont vu le jour. Il ajoute qu'une convention a été signée le 26 juin entre le Ministère du Commerce, de l'Industrie et de la l'Artisanat et la Municipalité de Ben Guerir en vue de la création d'une zone d'activités économiques qui comprend des locaux professionnels destinés aux jeunes promoteurs.
    Une zone industrielle est également en préparation. Elle concerne les investisseurs et les jeunes promoteurs qui auront acquis une expérience au niveau de la zone d'activités économiques, précise M. Mouib. Un projet d'institut des arts et métiers, ayant pour objectif de former une main-d'oeuvre qualifiée et des techniciens dans les métiers traditionnels du bâtiment, est en cours de préparation, conclut-il.

    Rafik IKRAM.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc