×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Société

    Courrier des Lecteurs

    Par L'Economiste | Edition N°:3344 Le 19/08/2010 | Partager

    Immobilier: Pas d’effet MRE?
    . Boule de neigeLes prix de l’immobilier ont continué à faire boule de neige. De ce fait, l’accès à la propriété par nos MRE devient impossible vu leurs moyens financiers. L’activité de nos compatriotes pendant ces deux dernières années repose essentiellement sur la vente des biens relativement anciens pour s’accaparer de nouveaux édifices.A. I. . ContrôleLes mauvaises manipulations ont donné naissance au noir. Une stratégie est nécessaire pour évaluer l’immobilier à sa juste valeur en termes de mètres carrés nus, mètres carrés construits et zone d’intérêt. Il faut mettre en place aussi un comité pour réguler le marché. Et pourquoi pas une sanction pénale pour redresser la barre des profits qui peuvent atteindre plus de 100% de gain du prix de revient. La spéculation ne dure qu’un temps, il faut absolument la combattre et lutter contre les transactions au noir.M. E.. Le MRE n’est pas une vache à laitTrois entités pour les MRE dont deux doivent être supprimées comme le conseil et le ministère. Ce dernier passe son temps à faire le tour du monde avec l’argent des contribuables alors que pour obtenir un document dans un consulat (par exemple à Paris), c’est le parcours du combattant, et les délais pour l’avoir sont inimaginables et surtout au XXIe siècle à l’ère de l’Internet. Les MRE ne sont pas des vaches à lait. Trop c’est trop!S. N. . Pratique du noirEn dépit de la crise internationale, l’immobilier au Maroc continue à garder les mêmes fourchettes des prix et le marché reste stable. En revanche, la pratique du noir et les prix élevés empêchent un nombre important de citoyens d’acheter des appartements. Ce «dessous de table» devient un obstacle de taille. Durant les deux dernières années, les prix ont augmenté en flèche. Ainsi, l’obtention d’une habitation décente s’est compliquée pour ceux qui perçoivent un salaire moyen. Jusqu’à quand va perdurer cettesituation inquiétante? Même les Marocains résidant à l’étranger ne trouvent pas les fonds suffisants pour payer ces montants exorbitants. Les prix flambent et une autre augmentation n’est plus envisagée vu que les moyens des Marocains sont trop limités. L’Etat est appelé à intervenir pour combattre ce phénomène du noir qui prive les fonctionnaires et les couches défavorisées du logement. Les prix doivent diminuer pour que la crise cesse de planer sur le secteur immobilier.C. D.

    . OtagesL’association «Cadi Ayad», qui gère la mosquée connue sous le nom «Garaani» à Sidi Maârouf-Casablanca, se permet de bloquer tout le quartier en organisant les prières sur toutes les rues avoisinantes empêchant toute circulation. Impossible même d’accéder à sa propre maison le soir durant les prières du «tarawih». Sortir sa voiture du garage nous est interdit pendant le Ramadan. De quel droit peut-on nuire à la vie du citoyen sous prétexte de faire la prière? La religion, c’est d’abord un comportement. Le calvaire que nous vivons à Sidi Maârouf côté mosquée est bien plus grave que celui créé par le chantier du tramway. Prendre sa voiture pour emmener son petit en urgence à l’hôpital est interdit par ces organisateurs!H. S.

    . Approvisionnement normal mais à quel prix?Les récoltes des autres grands producteurs comme les USA, Canada et l’Union européenne et la production des producteurs de l’hémisphère sud, comme l’Australie et l’Argentine, peuvent assurer un approvisionnement normal et régulier de ce denrée essentiel. Ceci, malgré la suspension des exportations des céréales de la Russie, troisième exportateur mondial, jusqu’à la fin de l’année. Le stock mondial en différentes céréales permettra aussi d’éviter en l’occurrence une crise similaire à celle de 2008. Cependant, la flambée des prix peut peser lourde sur la facture des pays importateurs. Avec une récolte de 80 millions de quintaux, l’observateur peut penser que le Maroc est épargné. Mais, il ne faut pas oublier qu’environ 40% de la production est constituée de l’orge employée surtout comme aliment du bétail. Pour éviter des illusions, je propose de considérer la superficie de l’orge destinée aux troupeaux comme une culture fourragère.C. M.. Grève dans les collectivités Cher Monsieur Benabid,Vous êtes dans le vrai (ndlr: Réaction à l’éditorial publié dans l’édition du 13 août). Mais vous êtes bien trop retenu !Allez y franchement !«Des prélèvements sur les salaires, s’il le faut? Pourquoi pas». Mais bien sûr qu’il le faut cher Monsieur !C’est la loi !!!!! Et le gouvernement ne l’applique pas !C’est (aussi) ça le sujet !!!!Et c’est ce qu’il faut dénoncer. Par respect pour ceux qui travaillent chaque jour pour mériter leurs salaires. Par respect pour le droit......et le bon sens !Pour valoriser le travail !Pour le principe enfin !La liste est longue, hormis le fait que le «non-paiement du non travail» est une pratique normale, légale et banale dans les Etats de droit. En Europe et bien ailleurs. Nos décideurs, eux, fuient leurs responsabilités et donnent de bien mauvaises habitudes et «acquis sociaux» aux salariés de la Fonction publique. Il faudra un jour déplacer une montagne pour rétablir les bonnes pratiques.Jalil Benabbes Taarji. «La logique des progrès est de créer de l’optimisme»Cette phrase dit tout. C’est vrai, c’est la logique même! Mais allons demander aux mitoyens du port-ville de Tanger (bazars, petites pensions, petits restaurants, boutiques, les transitaires, les voyagistes, les transporteurs, taxis, porteurs, écri-vains publics, cafés, guides et autres encore) s’ils se sentent optimistes. Faisons, par la même occasion, un détour, du côté des armateurs et des marins pêcheurs. Là encore, c’est le flou, c’est le point d’interrogation. Et pendant que nous sommes dans l’enceinte du port, demandons aux milliers d’ouvrières et ouvriers de la zone franche/port s’ils sont optimistes. Ce qui est certain, c’est qu’il y aura du bon, du très bon, certes, mais du dégât également et des victimes... A moins que les différents conseils de cette wilaya qui passent le plus clair de leur temps à la noircir dans des guéguerres, ne prennent conscience qu’ils sont là pour défendre les intérêts de l’habitant de cette ville et que cet habitant a droit à quelques priorités. I. B. IrresponsableLa grippe H1N1 a été surmédiatisée, uniquement pour servir les intérêts des laboratoires pharmaceutiques. En plus, au Maroc, les responsables ont cautionné ces laboratoires. D’autres maladies plus importantes, tuent bien plus et demandent une forte mobilisation. Mais, elles ne sont pas prises au sérieux par le ministère de la Santé. Ce dernier a effectué de grosses dépenses sans qu’il ne rende des comptes. S. A.
    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc