×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Coup de frein aux ventes d’automobiles en France

    Par L'Economiste | Edition N°:3332 Le 03/08/2010 | Partager

    . En volume, le marché baisse de 12,9% . L’effet de l'extinction progressive de la prime à la casseLa nouvelle baisse de la prime à la casse a lourdement pesé sur les ventes de voitures neuves dans l'Hexagone. Elle a été ramenée à 500 euros au 1er juillet. Dès le mois dernier, les nouvelles immatriculations ont reculé de 12,9% en données brutes par rapport à juillet 2009 pour s'établir à 169.804 unités, selon les chiffres publiés hier par le Comité des constructeurs français d'automobiles (CCFA). «Le marché enregistre une baisse progressive, liée à la diminution de la prime à la casse», a indiqué François Roudier, porte-parole du CCFA. Le marché français reste néanmoins en progrès de 2,8% sur un an, à 1.382.240 unités. Les mesures de soutien gouvernementales ayant largement dynamisé le premier semestre, en cumul sur sept mois. «Le marché va atteindre 2 millions de voitures à la fin de l'année», a estimé François Roudier. «A la fois dans son volume et dans sa répartition, le marché français redevient traditionnel», ajoute-t-il. Roudier signale une avancée des voitures de la gamme moyenne et supérieure, alors que la prime à la casse avait dopé les ventes de petites voitures.Globalement, les marques françaises baissent de 15,4% par rapport à juillet 2009 alors que les marques étrangères se replient de 9,9%. Les marques françaises conservent une part de marché majoritaire de 52,6% en juillet.Au sein de PSA, Citroën recule de 17% et Peugeot de 13,3%. Pour rappel, PSA Peugeot Citroën a réalisé au premier semestre un bénéfice net de 680 millions d’euros, contre une perte nette de 962 millions un an auparavant (cf. www.leconomiste.com, 29/7/2010).La marque Renault baisse de 15,9% alors que la filiale roumaine à bas coût Dacia continue à progresser fortement (+47,5%). Parmi les constructeurs étrangers, outre Dacia, la marque Volkswagen gagne 11,9%, mais l'ensemble du groupe VW est en léger repli de 0,7%. Les autres marques sont orientées à la baisse, comme celles des groupes General Motors Europe (-31,2%), Toyota (avec Lexus, -27,4%), BMW (-17,6%), Mercedes (-16,6%), Ford (-13,9%) et Fiat (-8%).Le mois de juillet a aussi vu la poursuite de la progression des immatriculations de véhicules utilitaires légers neufs (VUL, moins de 5,1 tonnes) de +13,4% en données brutes. Depuis le début de l'année, celles-ci progressent de 11,2%, toujours en données brutes.F. Z. T.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc