×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Convention CNCA-DG Bank de Francfort : Une ligne de crédit pour moderniser l'agriculture

    Par L'Economiste | Edition N°:248 Le 03/10/1996 | Partager


    La ligne de crédit d'un montant de 100 millions de Marks que la Caisse Nationale du Crédit Agricole (CNCA) a signée avec la DG Bank de Francfort démarre réellement cette saison. Cette enveloppe devra profiter aux importateurs de biens d'équipement en provenance d'Allemagne.


    La CNCA diversifie ses ressources financières. Elle a signé une convention avec la DG Bank de Francfort en Allemagne pour l'ouverture d'une ligne de crédit de 100 millions de Deutschmarks, soit environ 570 millions de DH. Cette enveloppe financière est accordée à la CNCA pour permettre aux importateurs de biens d'équipement, quelle que soit la nature du secteur (agricole, industriel), de bénéficier de crédits à moyen et long termes. La durée du crédit sera étalée sur une période allant de 2 à 10 ans. Ce crédit acheteur porte sur 85% de la valeur de l'investissement. Les 15% restants doivent être autofinancés. Le maximum de chaque opération est fixé à 20 millions de DM, le minimum à 500.000. La CNCA apporte une caution pour garantir la solvabilité de son client.
    Pour l'importateur, l'intérêt de cette opération est de bénéficier d'un délai assez long. Cet avantage est perçu positivement dans la mesure où il n'y a pas de sortie de trésorerie dans l'immédiat.
    Une seule contrainte pour bénéficier de cette enveloppe: les importations doivent être d'origine allemande et obtenir la garantie de la CNCA. Pour cela, l'importateur doit présenter sa demande à la Direction du Crédit pour le montage financier et à la Direction Internationale pour l'imputation de la ligne de la DG Bank.

    Taux d'intérêt: 4,5 à 5% l'an


    Le taux d'intérêt est avantageux. Il tourne autour de 4,5 à 5% l'an. Mais le risque de change est à la charge de l'importateur.
    «Ce qui intéresse la CNCA, c'est le développement rural compte tenu de sa clientèle traditionnelle», soutient M. Tahar Daoudi, directeur délégué chargé de la Direction Centrale des Ressources Financières et de l'International. Pour lui, la CNCA utilise cette ligne pour permettre à sa clientèle de moderniser ses outils de production, comme l'achat de moissonneuses-batteuses, de tracteurs... Il estime que cet apport financier ne manquera pas de contribuer à la mécanisation de l'agriculture et à la modernisation du monde rural. Cette acquisition de technologie parviendra sans doute à améliorer la productivité des agriculteurs en leur permettant de bénéficier de financements à des taux avantageux. De même, l'impact est positif sur la trésorerie de la CNCA puisqu'il n'y a pas de décaissement de fonds. Il s'agit simplement d'un engagement par signature.

    Important volume à l'international


    «Pour cela, la CNCA s'est dotée d'une salle des marchés, opéra-tionnelle depuis le 3 juin dernier et active sur le marché interbancaire», indique M. Daoudi.
    D'ailleurs, l'activité internationale se développe lentement à la CNCA avec un travail en profondeur mené par M. Daoudi. Elle touche non seulement les importations des biens d'équipement mais aussi les exportations dans l'agro-industrie qui constitue une clientèle privilégiée de la banque. Le volume de ces transactions internationales tourne autour de 4 milliards de DH annuellement. Ce montant est jugé important par rapport à la vocation traditionnelle de la CNCA qui n'a entamé la diversification de ses activités qu'à partir des années quatre-vingt-dix. Aux yeux de plusieurs cadres, la concrétisation de cette ligne de crédit illustre la confiance que placent les banques internationales dans la CNCA en particulier et dans le système bancaire domestique en général.
    Cette confiance s'est déjà concrétisée en avril dernier lorsque la CNCA avait signé une ligne de crédit de 50 millions de Dollars avec la Banque Régionale d'Escompte et de Dépôt (BRED). Cette ligne a été consommée jusqu'ici à hauteur de 20% et sa réelle mise en vigueur n'intervient que lors de cette saison agricole. Elle est destinée à préfinancer les exportations marocaines. Mais la CNCA avait accordé la priorité au secteur de l'agro-industrie. Cette préférence affichée à l'égard du secteur s'explique par sa position de leader dans le financement de l'agriculture et du monde rural. «Ce secteur est tourné vers l'export, souligne un cadre de la CNCA. Nous nous considérons partenaire naturel de ce secteur et, par conséquent, nous devions être plus imaginatifs pour trouver des financements adaptés aux besoins des exportations».
    L'originalité de cette ligne par rapport à ce qui existe, avait précisé M. Daoudi, réside dans sa particularité de concerner le préfinancement des exportations, couvrant ainsi la période précédant l'expédition des marchandises.
    En outre, cette ligne présentait l'avantage d'assurer la couverture contre les risques de change dans la mesure où les remboursements doivent intervenir par le produit des exportations. Ce risque de change sera couvert par la BRED. Ce filet est considéré comme une première.

    Mohamed CHAOUI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc