×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Contre la pollution automobile et industrielle : Beaucoup de projets dans l'air

    Par L'Economiste | Edition N°:237 Le 04/07/1996 | Partager

    Le Ministère de l'Environnement veut remédier à la pollution générée par l'automobile et par le développement industriel en mettant au point de nouveaux textes qui protègent l'environnement.


    Une journée de réflexion sur le thème "Automobile, pollution et environnement" a été organisée le 27 juin par Auto Magazine et SOMEPI.
    L'objectif de cet événement était de sensibiliser les opérateurs du secteur automobile ainsi que les usagers à la nécessité d'atténuer les effets de la pollution automobile. Il fallait faire le point sur l'ensemble des mesures prises, d'une part, et entreprendre des actions pour la protection de l'environnement, d'autre part.

    Selon M. Mahjoub Haiba, professeur du droit de l'environnement, les textes existants ont été adoptés lors des premières décennies de ce siècle. Aussi a-t-il indiqué que ces textes ont été élaborés par les autorités du Protectorat dont le but était de faciliter l'exploitation des richesses naturelles du Maroc. De plus, les sanctions mises en place actuellement ne sont pas à même de dissuader les gens de ne pas nuire à l'environnement en raison de leur souplesse. Par ailleurs, le Maroc ayant ratifié plus de 40 accords internationaux portant sur la protection de l'environnement devrait prendre les mesures nécessaires pour appliquer de façon concise les textes qui entrent dans ce cadre.

    Monographies locales

    M. Mustapha Terzhad, responsable du département de l'Air au Ministère de l'Environnement, a précisé que le Ministère a lancé un projet pilote de monographies locales de l'environnement dans quatre centres urbains, à savoir Rabat, Essaouira, Marrakech et Safi. La pollution de l'air tient une place très importante dans ces monographies en raison de l'ampleur de ce problème dans les centres urbains et son impact sur la santé publique.

    Ces études visent à doter les villes concernées d'un plan d'action local défini sur la base d'un diagnostic précis des problèmes environnementaux. La première étude achevée est celle de la ville de Rabat. Des actions définies lors de cette monographie sont déjà en cours de réalisation et d'autres sont proposées au financement dans le cadre de la coopération bilatérale ou multilatérale. Après l'achèvement de ces quatre études pilotes, le Ministère de l'Environnement prévoit d'élargir ces monographies aux autres grandes villes du pays.

    Le département de l'Air du Laboratoire National de l'Environnement mène actuellement une autre étude pilote sur la surveillance de la qualité de l'air de la ville de Rabat. Les prélèvements et les analyses des polluants de l'air sont effectués dans 9 stations, et les indicateurs analysés sont le dioxyde d'azote, le dioxyde de soufre, les MPS (matières particulaires en suspension) et le plomb dans les poussières. Pour la ville de Casablanca, des discussions sont en cours avec la Coopération Française pour le financement d'une étude sur la qualité de l'air dans cette ville.

    Projet de loi-cadre

    Au niveau des entreprises, le Ministère de l'Environnement mène une étude de réalisation d'audits de pollution industrielle dans la région de Casablanca-Mohammedia. En parallèle, d'autres études sectorielles ont été lancées notamment pour les cimenteries.
    En outre, l'arsenal législatif et réglementaire national se rapportant à l'environnement étant devenu inadapté aux nouvelles conditions socio-économiques du Maroc, un projet de loi-cadre sur la protection et la mise en valeur de l'environnement a été élaboré par le Ministère. En effet, pour combler la lacune concernant la lutte contre la pollution atmosphérique, le Ministère de l'Environnement, sur recommandation du Conseil National de l'Environnement, a élaboré en étroite collaboration avec les départements concernés un projet de loi relatif à la lutte contre la pollution de l'atmosphère et un projet de décret pris pour son application, accompagné de deux annexes. Le premier contient une proposition de valeurs limites générales de rejets dans l'atmosphère sous forme de gaz, de poussières ou de vapeur. Le second comprend une proposition de valeurs limites de la qualité de l'air. M. Terzhad a affirmé que ces projets de textes seraient renforcés par des arrêtés sectoriels fixant les valeurs limites des rejets pour les secteurs les plus polluants.

    Par ailleurs, il est à préciser qu'au sein du Comité "Normes et Standards" relevant du Conseil National de l'Environnement un groupe de l'air a été constitué regroupant tous les départements concernés par cette pollution en vue de fixer les valeurs limites pour les secteurs étudiés.

    Pour des secteurs tels que les cimenteries, les travaux sont plus avancés. Pour d'autres, les premières réunions ont été organisées, notamment pour les gaz d'échappement des véhicules et les raffineries des produits pétroliers, au cours desquelles les données existantes au niveau de chaque département ont été présentées.

    Rafik IKRAM

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc