×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Société

    Consommation

    Par L'Economiste | Edition N°:3430 Le 23/12/2010 | Partager

    Editorial
    Air vicié
    L’AIR ou l’atmosphère nécessite un contrôle sérieux et périodique. La plupart des émissions de polluants atmosphériques sont de sources anthropogènes. Les années 70 et 80 étaient connues par une production massive de polluants. Depuis, le phénomène a commencé à diminuer. Cependant, durant ces dernières années, en l’absence de bulletins ou de résultats d’analyses, les consommateurs restent sur leur faim. Des efforts supplémentaires sont nécessaires pour accentuer à nouveau le recul des polluants atmosphériques.Aujourd’hui, les mesures à prendre pour respecter les prescriptions de l’ordonnance sur la protection de l’air ont-elles permis une réduction des émissions des installations industrielles et artisanales?Que dire des émissions d’ammoniac issues de l’agriculture, sur la combustion du bois dans les cheminés, les poêles ou en plein air, sur les processus microbiens et chimiques, sur les excrétions des animaux et des plantes, sur l’érosion et sur les feux de forêts? Toutes les sources précitées génèrent des émissions caractérisées par une altération des niveaux de qualité et de pureté de l’air. Cette dégradation est généralement causée par un ou plusieurs éléments (particules, substances, matières...) dont les degrés de concentration et les durées de présence sont suffisants pour produire un effet toxique ou écotoxique.Les spécialistes ont aujourd’hui recensé des dizaines de milliers de molécules différentes, polluants avérés ou suspectés qui, pour beaucoup, agissent en synergie entre eux et avec d’autres paramètres. Les effets de ces synergies sont encore mal connus. Cette pollution atmosphérique ou intérieure est un enjeu de santé publique à tenir en compte chez nous.Mohammed OUHSSINESecrétaire général de la FNAC-MarocPrésident de l’APCE-Ké[email protected]

    Actualité
    Au secours, quartiers toujours pollués
    PENDANT que se déroulent les grandes rencontres internationales sur le réchauffement climatique et ses conséquences, chez nous on regarde ailleurs et on continue à massacrer allégrement l’environnement. Et dans ce domaine, les cas sont légion. Il en est ainsi par exemple à Kénitra où les industries à proximité de la population avec leurs eaux polluées, à température élevée, le bruit insupportable et la fumée qui empêche de respirer ou qui noircit tous les linges. Et c’est dans ce climat où vit toute la population d’Ismailia et Bab Fès, appelée communément Jardate Al Kadi. Les conséquences sont ainsi dramatiques avec la prolifération de maladies, d’allergies diverses et de troubles respiratoires. Des incendies volontaires utilisés à des fins technologiques ou pour brûler les déchets envoient de la fumée couvrant le ciel des deux quartiers (un scénario similaire se produit aussi dans d’autres quartiers, villes) et sont à l’origine de la pire pollution de l’air ait jamais enregistrée dans la région. Récemment, le bureau de l’APCE-Kénitra a reçu plus d’une vingtaine d’appels téléphoniques pour dénoncer le silence des autorités locales. Les personnes concernées craignent pour l’aggravation de leur état de santé. En tant que APCE-Kénitra, nous adressons notre appel au wali de la région du Gharb, Chrarda, Bni Hssen et au président de la commune urbaine de Kénitra afin qu’ils agissent pour trouver une solution urgente et radicale à cette terrible situation. Et cela pour le salut de toute la population.APCE-Ké[email protected]

    Eco-Info
    Quand le lobbying fait son effet…
    SUITE à notre article paru sur la page Eco-Consom de l’édition du 4 novembre 2010 et concernant l’état déplorable du Souk Al Had Ouled Jelloul, le président de la commune rurale de Benmansour nous a saisi par courrier pour nous remercier de notre «intérêt honorable et altruiste».
    Construire ensemble des stratégies communes
    «Notre inquiétude sanitaire étant partagée, nous nous honorons que nos soucis envers nos concitoyens soient identiques à vos saines requêtes», a-t-il souligné dans son courrier. Le président de la commune précise être réellement prêt à inviter les membres de la Fédération au village, «pour visiter ensemble les lieux et faire de concert nos observations» et organiser au siège de la commune une réunion avec les membres du Conseil. «Nous vous présenterons alors le projet en question. De nouveaux abattoirs pour ovins et bovins et des stands de bouchers vont être réalisés. C’est une unité moderne avec toutes les infrastructures demandées et les avis des docteurs-vétérinaires. Pour le reste, «des structures modernes adéquates, indépendantes, et ce suite aux discussions avec les services concernés» seront réalisées. Voici l’exemple d’une démarche à saluer vivement. Changer les choses, c’est notre objectif. L’obligation d’informer et d’alerter est notre finalité. Nous continuons à rassembler les compétences de chacune de nos associations nationales pour prendre des positions et construire ensemble des stratégies communes. Ne l’oublions pas, la consommation est un tout. Le mouvement consumériste a démarré et les initiatives se multiplient. Mais même avec tout cela, il faut accélérer le rythme car nous avons perdu trop de temps. FNAC-MAROC

    Conseil
    Traquer la pollution chez soi, en attendant les normes
    LES différents scandales liés à l’amiante ou au plomb dans les produits de construction ont poussé les Etats à produire des normes de plus en plus sévères et donc à imposer des matériaux de plus en plus sains.
    Identifier les équipements
    L’air que nous respirons à la maison ou au bureau est très souvent pollué par des substances chimiques dégagées par les meubles, peintures et produits d’entretiens... Certaines substances sont cancérigènes. A partir de 2012, une nouvelle réglementation (la loi Grenelle 2) entrera en vigueur en France et devra toucher les produits de construction et de décoration. A partir de cette date, un étiquetage sanitaire obligatoire permettra au consommateur d’identifier les équipements, dont les meubles, qui émettent peu de substances polluantes pour l’air intérieur notamment les polluants volatils. Cette loi prévoit également la publication des localisations des sols polluants et une meilleure information du public sur la question des ondes électromagnétiques.Chez nous, en attendant des normes et une réglementation de ce niveau, voici quelques conseils pour éviter des désagréments :1- si vous manipulez des outils contenant des vernis peintures ou solvants ou autres, il est conseillé d’aérer votre logement au moins 10 minutes par jour, 2- lire les informations portées dans l’étiquetage pour acheter des produits moins polluants, 3- ventilez davantage si vous manipulez des produits polluants…Mohammed BENKADDOURPrésident de la FNAC-MarocPrésident de l’[email protected]
    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc