×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Société

    Consommation

    Par L'Economiste | Edition N°:3339 Le 12/08/2010 | Partager

    Editorial
    Ramadan
    LE mois de Ramadan est arrivé. Cette année encore, il précède de justesse la rentrée scolaire et ses lourdes dépenses. Si la faim contracte l’estomac, elle dilate les pupilles: on achète tout pour le déposer sur la table à la tombée de la nuit. La frénésie d’achat fait émerger une masse innombrable de commerçants occasionnels. L’occasion est trop belle et produit aussi bien des petits métiers informels que des spéculations redoutables.Aussi, les autorités locales sont-elles appelées à y mettre de l’ordre à travers l’organisation, l’autorisation, l’encadrement et le contrôle des points de vente pendant tout le mois.Un contrôle sanitaire rigoureux doit être exercé et les prix surveillés au niveau des souks, foires, structures légères, locaux dédiés à cet usage,… De même, le consommateur doit être vigilant. Par ailleurs, au cours du mois de Ramadan, les rythme de travail et de vie sont perturbés (sommeil, alimentation, famille, loisirs, etc.). Mais cela peut aussi engendrer des conséquences bien réelles sur la santé. Normalement, l’homme vit selon un rythme biologique régulier, et bien défini: il travaille le jour, et dort la nuit. Par contre, lorsque ce cycle est modifié, le sommeil est perturbé. Là aussi, soyez vigilants pour tout ce qui touche à votre santé.Mohamed BENKADDOURPrésident de la FNAC-MarocPrésident de l’[email protected]

    Actualité
    Lait ou solution laitière, comment bien faire la différence
    LE lait, selon le décret du 7 novembre 2000 (art.1, titre premier), est défini comme étant le produit de la sécrétion mammaire normale obtenu par une ou plusieurs traites, sans aucune addition ou soustraction. La dénomination de lait, sans autre indication, est réservée au lait de vache. Cependant, pour tout autre lait, la dénomination doit être accompagnée de l’indication bien apparente de l’espèce animale dont il provient. Or il se trouve actuellement sur le marché national des produits similaires au lait auxquels sont surajoutées des vitamines.Le consommateur, croyant acheter du lait, se trouve en possession «d’une solution laitière». En fait, le consommateur devient victime d’une publicité mensongère. En se référant à la loi relative à la répression des fraudes sur les marchandises (dahir du 5 octobre 1984), il apparaît clairement que l’article 10 (…Propre à induire en erreur…) interdit toute pratique à induire en erreur. Face à cette transgression de la loi, la Fédération nationale des associations des consommateurs Maroc (FNAC-Maroc), interpelle les départements concernés par le contrôle afin de se pencher sur ce problème.FNAC-Maroc

    Eco-Info
    La tomate et la loi
    Chaque mois de Ramadan est marqué par une ruée des ménagères vers la tomate fraîche, ce qui inévitablement entraîne une flambée des prix. Et c’est notre sacro-sainte «harira» qui en est la cause.A défaut de tomate fraîche, la ménagère s’approvisionne de tomates en conserve que l’arrêté viziriel du 4 novembre 1935 (6 Chaâbane 1354) définit comme suit:La dénomination de conserves de tomates est réservée aux produits préparés avec le fruit de la tomate «Lycopersicum esclentum» entier ou en pulpe, additionné d’épices, d’aromates et de sel. La proportion de sel ne doit en aucun cas dépasser 5%, sauf en ce qui concerne les pâtes préparées à froid et vendues au détail au poids.La dénomination de conserves de tomates implique la concentration du produit (matière sèche-sel déduit). Elle doit être conforme aux indications suivantes:- purée ou pulpe ou sauce de tomate: 7%;- conserve demi-réduite ou mi-réduite: 10%;- conserve réduite ou concentrée: 15%;- double concentrée extrait: 30%;- triple concentrée: 45%;- pâte à 55% ou super-concentrée: 55%.Abdeslam EL GUEDDARIFNAC-MarocAPCE-Ké[email protected]

    Conseil
    Savoir lire l’étiquetage et respecter la chaîne de froid
    LES aliments que vous achetez dans le commerce sont soumis à des règles d’hygiène, depuis leur fabrication jusqu’au moment où vous en faites l’acquisition. Une fois dans votre panier, c’est à votre tour de faire attention. Les produits frais, comme les yaourts, contiennent de «bonnes bactéries» utiles à votre santé. Cependant, si vous n’y prenez pas garde, ces aliments risquent de s’altérer et peuvent laisser de «mauvais microbes» se développer. Pour cela, il faut impérativement lire les étiquettes. Les informations qui y sont portées doivent faire apparaître, entre autres, la date limite de consommation (DLC) ou la date limite d’utilisation optimale (DLUO). - La DLC concerne les produits périssables. Elle figure sous les termes «à consommer avant le...». Après avoir réalisé des analyses en simulant des ruptures «normales» de la chaîne du froid (transport du produit du magasin à son propre réfrigérateur), le fabricant garantit la qualité et la sécurité de son produit jusqu’au jour indiqué inclus. Cette date est à respecter impérativement. Le plus souvent, le délai est de quelques jours ou de quelques semaines.- La DLUO concerne les autres produits (conserves, produits secs…). Elle figure sous les termes «à consommer de préférence avant le...» et possède une valeur essentiellement indicative. A échéance, les aliments ne sont pas forcément dangereux, mais peuvent perdre leurs qualités gustatives et nutritionnelles. Il est donc préférable de les consommer avant cette date. Vous consommateur, vous devez absolument respecter la chaîne du froid. Aux indications précitées (DLC et DLUO) s’ajoutent obligatoirement les conditions de conservation («conservez au frais», «conservez à l’abri de la lumière»…). Pour quelques produits, il est également précisé le délai de conservation après ouverture. Là encore ce délai est à respecter. Le respect de la chaîne du froid consiste à conserver au maximum les aliments à la température indiquée sur l’emballage. Et ne croyez surtout pas qu’une fois dans votre réfrigérateur, un produit périssable est soustrait à l’obligation de respect des dates!AMPC-Marrakech

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc