×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Conseil maroco-américain : Les fiches projet sur Internet dans deux mois

    Par L'Economiste | Edition N°:237 Le 04/07/1996 | Partager


    Les trois bureaux du Conseil maroco-américain se dotent de structures pour répondre aux exigences des investisseurs américains. Etudes de faisabilité et assistance dans la réalisation des projets constituent l'essentiel de leur mission.


    Le Conseil maroco-américain pour le commerce et l'investissement est en train d'élaborer un serveur Internet pour diffuser en faveur de ses membres des fiches de projets spécifiques. Outre des informations macro-économiques, des études sectorielles seront actualisées ainsi que les procédures en vigueur et les appels d'offres ciblés.

    Les fiches projets spécifieront en outre le montant global de l'investissement, le retour sur investissement (ROE) , les projections financières et les éléments de comparaison avec les pays concurrents directs. Enfin, les dernières nouvelles destinées aux investisseurs américains seront régulièrement synthétisées.

    Parmi les secteurs ciblés, les produits de la mer, les technologies de l'information et les produits pharmaceutiques intéressent les investisseurs américains et font actuellement l'objet d'études spécifiques.

    Ainsi, des opportunités concrètes de sous-traitance pour les entreprises marocaines en matière de télétraduction ont été identifiées. "Les ressources humaines requises existent, il reste cependant à améliorer les méthodes de travail et à moderniser les outils informatiques et de télécommunication, notamment les liaisons directes entre les partenaires", précise M. Abdou Bensouda, manager du Centre de Casablanca.

    Développement de logiciels


    De même, dans la branche du développement de logiciels, une fiche de projets est en cours de finalisation. Elle spécifiera les potentialités existantes et les avantages compétitifs du Maroc face aux concurrents.

    "Nous disposons de compétences formées dans les sciences pures et bénéficiant de connaissances théoriques solides qui peuvent, moyennant un encadrement, favoriser ce type de partenariat".

    De plus, sachant que 80% du coût de revient du logiciel reste lié à la main d'oeuvre, le différentiel du montant des salaires constitue encore un atout.

    Dans le domaine de la pêche, les Américains sont intéressés entre autres par des projets d'élevage de crevettes.
    Pour coordonner les actions des centres de Casablanca, Washington et New York, un réseau de télécommunications permet la transmission en temps réel des informations disponibles et le suivi des projets. "Nous nous sommes dotés des outils nécessaires pour faciliter la diffusion des informations car le délai de réaction est primordial pour les investisseurs américains", précise
    M. Bensouda.

    Par ailleurs, lors d'un séminaire organisé par la mission arabo-américaine le 23 juillet prochain à New York, M. Lester Pollack exposera les nouvelles réformes et les opportunités d'investissement au Maroc. Il sera également question des perspectives existantes en Tunisie.

    Le Conseil est un organisme à but non lucratif, constitué d'opérateurs des secteurs privé et public. Il a pour mission de faire fructifier les échanges entre le Maroc et les USA et de promouvoir les investissements américains au Maroc. Le Conseil dispose de deux bureaux à Washington et New York. Le bureau de Washington a été officiellement inauguré le 3 juin dernier.

    Le GPBM apporte son concours financier aux trois bureaux mais les représentations d'Outre-Atlantique bénéficient de cotisations de quelque 350 membres.

    Le centre new yorkais cible essentiellement le milieu des affaires alors que celui de Washington vise les agences gouvernementales, (OPIC, Eximbank), les associations professionnelles et les bureaux de représentation des multinationales.

    Coordonner les démarches


    Le bureau de New York se consacre entre autres à définir la politique de distribution des produits marocains aux USA et procède à des études des réseaux de vente et des prix tout en spécifiant les adaptations nécessaires, notamment le conditionnement et l'emballage.

    Quant au centre de Washington, il privilégie les opportunités de dialogues entre sources de financement américaines et bénéficiaires marocains pour le montage de projets spécifiques au Maroc. L'organisation de missions gouvernementales américaines et l'animation de forums font également partie de ses prérogatives.

    Le centre casablancais assure pour sa part un service personnalisé aux investisseurs et centralise les informations sur l'environnement juridique et réglementaire.

    Il a pour mission d'assister tout investisseur américain, notamment pour trouver un terrain industriel ou des locaux et sert d'interface avec l'Administration.

    Il effectue une audit permanente des avantages comparatifs et suit l'évolution de la valeur ajoutée et des flux d'investissements générés. Il se fixe également pour objectif de suivre les opérations des différents organismes (CMPE, CGEM, ODI, ASMEX) sur le marché américain pour optimiser et coordonner les démarches.

    M.K.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc