×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Compensation: Fin d’année sous tension

    Par L'Economiste | Edition N°:3429 Le 22/12/2010 | Partager

    . Les cours des produits pétroliers et du butane poursuivent leur flambée . 13 milliards de DH de plus par rapport aux prévisionsFIN d’année tendue pour la Caisse de compensation. Depuis près de deux mois, les cours des produits pétroliers, en particulier le butane, ont flambé. L’année s’est également caractérisée par une augmentation des cours de produits tels que le sucre. Conjuguée au taux de change élevé, le «cocktail» est loin d’être facile à digérer. Ainsi, à côté des 14 milliards de dirhams inscrits dans la loi de finances 2010, la Caisse a également eu droit à des transferts d’argent pour faire face aux charges supplémentaires dues à la flambée des cours. Le ministère des Finances opère un redéploiement sur les postes de fonctionnement pour honorer les engagements de la Caisse. La facture pourrait augmenter de 13 milliards de dirhams sans pour autant atteindre les niveaux de 2008 (4,6% du PIB). La part de la compensation dans le PIB serait contenue aux environs de 3%. Cette situation et d’autres points dont les scénarios 2011 seront à l’ordre du jour du conseil d’administration de la Caisse prévu jeudi 23 décembre. Le conseil d’administration examinera aussi les résultats du contrôle des entreprises bénéficiaires des montants de la compensation. Externalisé depuis novembre 2008 à des cabinets privés, ce contrôle n’a pas révélé de dysfonctionnement pour l’année en cours. Le cabinet Masnaoui Mazars prend en charge la filière sucrière alors que Fidaroc contrôle le secteur des hydrocarbures. Jusque-là, la démarche poursuivie dans la réforme de la compensation, via l’amélioration de la gouvernance du système et la refonte de la structure des prix des produits pétroliers, a permis de réaliser des économies importantes. Idem pour la baisse du montant accordé à la compensation du fuel industriel, laquelle pourrait se poursuivre durant les prochaines années. Pour 2011, aucune «révolution» du système de compensation ne sera menée par le département de Nizar Baraka. Dotée d’une enveloppe de 17 milliards de dirhams, la Caisse de compensation soutiendra les prix des produits de base. En parallèle, le ciblage des ménages les plus pauvres se poursuivra. Option politique pour la réduction de la pauvreté, le ciblage pourrait néanmoins buter sur l’absence d’un répertoire dynamique de la population cible et donc sur le système d’information. Pour l’heure, le gouvernement a prévu l’allocation d’une enveloppe de 2,9 milliards de dirhams pour l’élargissement de l’accès à l’enseignement via la distribution de 4,08 millions de cartables. Il compte également relever le nombre de bénéficiaires du programme Tayssir. L’aide directe profitera aux parents de 660.000 élèves contre 300.000 en 2010. Le nombre de bénéficiaires du transport scolaire dans le monde rural passera également à 31.000 élèves.Khadija MASMOUDI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc