×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Comment la macroéconomie a montré ses limites

    Par L'Economiste | Edition N°:3335 Le 06/08/2010 | Partager

    . PNB, inflation, chômage, masse monétaire… les principaux concepts contestés . Quand la crise enferme l’économie dans une logique nationalisteMême si le libéralisme se veut un système assez proche des idées keynésiennes, l’université d’été d’un Monde libre (réunie du 1er au 7 août à Marrakech) bat en brèche pratiquement l’ensemble des concepts économiques de Keynes. Lequel toutefois renaît de ses cendres et opère un retour en force dans ce contexte de conjoncture internationale morose. Un atelier animé par le Pr. Gérard Bramoullé (voir entretien en page 12) et intitulé «le retour de Keynes» a remis à plat une série de concepts et d’indicateurs desquels l’analyse macroéconomique puise ses fondements pour justifier l’interventionnisme des Etats sur le marché. Une situation qui s’accentue davantage dans des contextes de crise (après la Seconde Guerre mondiale et aujourd’hui, suite à la crise américaine).Ainsi, le conférencier a démontré comment des notions et des indicateurs de référence de la macroéconomie «enferment l’économie et les marchés dans une logique nationaliste». Inflation, taux de chômage, PIB, PNB, pouvoir d’achat, balance commerciale, masse monétaire, épargne… autant de notions et d’indicateurs contestés par le doyen libéral du groupe d’un Monde libre qui se réfère souvent à Frédéric Bastiat et à Hayek (prix Nobel en 1974). Aux yeux du membre de l’école autrichienne d’économie, les analyses chères à la macroéconomie et qui sont fondées sur les grandeurs, les concepts globaux et les agrégats posent de nombreux problèmes. D’ailleurs, souligne le Pr. Bramoullé, Joseph Stiglitz (prix Nobel d’économie), qui est loin d’être un grand libéral, «est le premier à contester la politique des agrégats globaux et du produit national brut en particuliers. Côté inflation, le conférencier réfute de la mesurer par l’augmentation générale des prix. «Car même lorsqu’on bloque les prix, on ne résout pas le problème», poursuit le doyen honoraire l’université Paul Cézanne. L’indicateur du chômage pose aussi problème car il est trop global. Le chômage de courte durée n’est pas un problème, estime l’expert ultralibéral. Les exemples sont nombreux «des concepts globaux qui entraînent systématiquement l’oubli de l’individu». Et d’ajouter, la notion des moyennes est une approche qui abolit les singularités individuelles. Or l’oubli de l’individu ne donne pas forcément la bonne information et mène souvent à des appréciations absurdes, renchérit-il. En résumé, Bramoullé conteste «la fausse» logique cumulative des aspects empiriques dont se sert la macroéconomie pour relier des ordres de grandeur et leur donner du sens. Or, mesurer des grandeurs globales est un exercice extrêmement complexe et difficile. La monnaie en est un exemple typique. «Aux Etats-Unis, vous avez 25 types de mesures des agrégats monétaires, 15 en Angleterre, 4 en Europe», rappelle le conférencier. C’est dire l’aspect discrétionnaire et arbitraire des politiques menées.


    Monnaie et banques

    Une prophétie! Selon Gérard Bramoullé, le développement de la monnaie électronique et du e-business induira la disparition des banques centrales et même des banques dans le sens classique du terme. «A la place, il y aura des logiciels et la monnaie électronique se développera de façon exponentielle», insiste-t-il. Dans ce cas, les Etats ne pourront plus saisir la fiscalité. Ce qui annonce l’arrivée de monnaies privées dans un nouvel âge monétaire.Amin RBOUB

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc