×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Collège: Des bonifications pour 15.200 enseignants

    Par L'Economiste | Edition N°:2174 Le 19/12/2005 | Partager

    . Ces années d’ancienneté permettront d’accélérer leur promotion . 8.066 enseignants auront une hausse de salaire nette de 3.500 DHC’est la première fois que les secrétaires généraux des syndicats de l’enseignement assistent à un point de presse donné par Habib El Malki. «Preuve de l’adhésion des différents syndicats représentatifs des enseignants du collège à l’esprit de la convention signée mercredi 14 décembre», a précisé le ministre de l’Education nationale. En effet, à l’issue de la rencontre du vendredi 16 décembre à Rabat, les responsables syndicaux ont exprimé leur soulagement d’être parvenus à «une solution globale du dossier de 15.200 enseignants du collège». Contrairement aux doutes nourris sur leur nombre, ces derniers auront finalement tous des bonifications variant de 1 à 5 ans. Pour 7.134 enseignants parmi les 15.200, c’est une manière d’accélérer le processus de promotion. Les 8.066 autres bénéficieront en plus de la bonification d’une promotion exceptionnelle de l’échelle 10 à 11. Cette évolution se traduit par une augmentation nette du salaire de 3.500 DH. Comparativement au passage de l’échelle 9 à 10, permettant une hausse nette du salaire de 1.400 DH, c’est une consécration pour une catégorie d’enseignants qui a longtemps souffert de la complexité de son statut. En effet, El Malki n’a pas manqué de relever cet élément de blocage: «Nous avions du mal à caser le cycle du collège souvent ballotté entre le primaire et le lycée». Pour lui, 1,1 milliard de DH alloué à cette opération n’est que justice rendue à cette catégorie d’enseignants qui «représente le maillon le plus important dans la chaîne de l’Education nationale». Dans son bilan de la convention, le ministre a précisé que les bénéficiaires se répartissent en deux catégories. La première englobe les professeurs d’enseignement collégial recrutés en tant que tels ainsi que ceux non reçus aux examens de sortie des centres de formation et recrutés en tant que professeurs du collège. Ils se déclinent en 5 sous-catégories, selon l’année de recrutement. Leurs bonifications varient d’une année pour les enseignants recrutés en 1983, dont le salaire mensuel découlant de la promotion prendra effet à partir de juillet 2006, et cinq années pour ceux recrutés en 1979. Le salaire mensuel découlant de cette promotion prend effet à partir de juillet 2004. Par ailleurs, 4.998 enseignants de cette première catégorie, parmi les 8.066, bénéficieront du passage de l’échelle 10 à 11 et partant de l’augmentation de salaire nette de 3.500 DH. La deuxième catégorie concerne les professeurs du secondaire recrutés comme instituteurs et remplissant les conditions de 15 années d’ancienneté dont 6 dans le primaire. Déclinée en quatre sous-catégories, elle bénéficiera d’une bonification qui sera incluse dans le calcul de la promotion. Elle variera d’un an pour les enseignants remplissant les conditions susmentionnées en 1996 et de quatre ans pour ceux de 1993.


    Les exclus!

    Sont exclus de l’accord signé avec les syndicats représentant les enseignants du secondaire, les professeurs ayant bénéficié d’une promotion à l’échelle 10 par diplôme universitaire durant la période allant jusqu’en décembre 1992. La convention de mercredi 14 décembre signée avec 5 syndicats (FDT, CDT, UGTM, UNTM et UMT) sous la houlette du Premier ministre, Driss Jettou, remplace les clauses du premier paragraphe de l’article 115 bis du décret du 4 mai 2004. Elle modifie et complète le statut particulier du personnel du ministère de l’Education nationale. Ce dernier consiste à faire bénéficier les professeurs de l’enseignement secondaire collégial d’une bonification de 3 années d’ancienneté. Mostafa BENTAK

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc