×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Culture

    Cinéma: Un mini Cannes à Marrakech

    Par L'Economiste | Edition N°:3418 Le 06/12/2010 | Partager

    . Les films français à l’honneur. Hommage posthume à Daniel Toscan du Plantier, fondateur du FIFM. Scorsese, Keanu Reeves, Deneuve, Marceau… de gros calibres au rendez-vous Il voulait absolument être présent. Le réalisateur Martin Scorsese a mis en stand-by le tournage de son film à Londres pour faire un saut au Festival international du film de Marrakech (FIFM), samedi 4 décembre. Conscient, le public a chaleureusement applaudi le parrain de cœur du festival. Un rendez-vous annuel que tout le monde qualifie de mini Cannes de l’Afrique et du monde arabe. Comme ses pairs, Scorcese est venu rendre hommage au cinéma, aux actrices et acteurs français, à l’honneur pour cette 10e édition. «Un hommage mérité parce que les auteurs français inventent et réinventent et pérennisent le génie de leurs ancêtres», explique Bruno Bardes, directeur artistique du FIFM. «Le cinéma français nous a transmis la foi et l’amour du cinéma»., commente Scorsese. Il s’est dit honoré de remettre à Catherine Deneuve et Costas Gavras l’Etoile d’or. En arrière-plan, une soixantaine d’acteurs et de cinéastes de l’Hexagone étaient au rendez-vous. A noter que 75 films français seront projetés jusqu’au 11 décembre. Une sélection qui représente, sur trente années, toute la diversité et la richesse du cinéma français. C’est «Un balcon sur la mer» de la réalisatrice Nicole Garcia qui a inauguré le cycle français, avec notamment la présence de l’acteur Jean Dujardin. C’est le film Henry’s Crime – avec en vedette les acteurs américains Keanu Reeves et James Caan – qui a fait l’ouverture du festival, vendredi 3 décembre. L’orchestre philharmonique royal a accompagné en musique l’arrivée du jury dirigé par John Malkovitch. Un hommage a aussi été rendu au fondateur du festival, Daniel Toscan du Plantier. «Il aurait été heureux de voir l’évolution du festival qu’il a cofondé», déclare avec émotion son épouse Mélita Toscan du Plantier. En effet, le festival a mûri, malgré quelques petites défaillances. Il est un des rares festivals à mettre en compétition 15 productions représentant 15 nationalités différentes. Côté compétition, cette année s’annonce rude. «Donor» du réalisateur Mark Meily est le titre du premier film en lice aux côtés de 14 productions pour les 4 prix du FIFM. Ces productions sont projetées au Palais des congrès ainsi qu’au Colisée et au Megarama. «Donor» s’inspire d’une réalité sociale qui raconte l’histoire d’une Philippine qui gagne sa vie en vendant les DVD. Mais, persécutée par la police, elle décide de vendre un de ses reins au marché noir pour pouvoir quitter le pays et s’installer à Dubaï. Cette tragédie traduit le mal de vivre de tout un pays, en proie à la misère sociale. Le festival Marrakech, c’est aussi des paillettes, des soirées, des rencontres entre producteurs et réalisateurs. «De nombreuses transactions et négociations s’y déroulent», confie Jalil Laguili, SG de la fondation organisatrice. Le tapis rouge du Palais des congrès a été foulé lors des deux premières soirées par un grand nombre d’artistes. Parmi eux, les Français Sophie Marceau, Jean Dujardin, Marion Cotillard, Christophe Lambert et Rochdy Zem, les Américains Keanu Reeves et James Caan, les Egyptiens Yousra, Hani Ramzi et Hussein Fahmi et enfin le Marocain, Gad El Maleh. Un des moments forts cette année est le retour de Francis Ford Coppola qui devait, dimanche soir, rendre hommage à James Caan, 35 ans après la sortie du Parrain, qui avait incarné à merveille le rôle de Francis Corleone. La leçon de cinéma de Coppola le mardi prochain est très attendue. Un moment important où le réalisateur, face à son public, présentera sa vision du film, son parcours dans le monde du cinéma…Badra Berrissoule

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc