×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    CIH: La Caisse d’Epargne prendra 25% au minimum

    Par L'Economiste | Edition N°:2174 Le 19/12/2005 | Partager

    . Aucune partie ne confirme l’information. Axa se désengage graduellement du tour de tableLa Caisse nationale des caisses d’épargne (CNCE) entrera dans le CIH après la recapitalisation prévue en janvier 2006. Selon nos informations, «un accord a été passé entre la Caisse d’Epargne française et la Caisse de développement et de gestion pour une participation minimum de 25% dans le capital du CIH». La CDG ne confirme pas l’information. Le groupe financier réaffirme toutefois «qu’il est toujours en discussion avec la CNCE pour une éventuelle prise de participation de cette dernière dans le capital du CIH». Son management précise que «cette entrée, si elle a lieu, devrait s’opérer en 2006 et se ferait sur la base du maintien du contrôle du CIH par la CDG. Le mode de gouvernance adopté le cas échéant prévoirait une participation du groupe Caisse d’Epargne aux instances de gouvernance en adéquation avec la part dans le capital qu’elle détiendrait». Enfin, la CDG insiste «qu’à ce jour, les négociations sont toujours en cours et aucun document matérialisant l’accord sur l’entrée du groupe dans le capital du CIH n’a encore été signé entre les deux parties». Pour sa part, la Caisse d’Epargne confie à L’Economiste depuis Paris que «d’ici peu, il y aura une annonce officielle des deux groupes concernant l’entrée dans le tour de table du CIH». Autre information non confirmée non plus par la CDG: les négociations en cours avec les autres actionnaires du CIH pour le rachat de leurs participations. Il s’agit des participations institutionnelles de Bank Al-Maghrib (12,96%), Axa Assurance (9,21%), BMCE Bank (4,65%), Fonds Abu Dhabi (1,31%) et Somed (0,15%). Le flottant en Bourse représente quelque 14,17% du capital. Pendant toute la période de souscription à l’OPA lancée par la CDG sur le CIH, du 12 au 16 décembre, «le groupe n’avait pas le droit de négocier directement avec les actionnaires», souligne un trader. Notons qu’aucune action CIH n’a été apportée à l’offre publique d’achat. Le groupe public ne pouvait pas également acheter directement en Bourse les actions CIH. Voilà qui pourrait rassurer quelques investisseurs boursiers qui croient que les titres CIH vendus quotidiennement en Bourse, depuis le 7 décembre, par Axa Assurance Maroc étaient achetés par la CDG. «Ce sont divers investisseurs qui achètent ces titres sur le marché central et non pas la CDG», affirme le même trader. C’est le cas des 100.000 actions CIH vendues, vendredi 16 décembre, par Axa sur le marché central et qui ont été acquises en majorité par des particuliers. B. E. Y.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc