×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Chypre: L’offre Turque manque de précision

    Par L'Economiste | Edition N°:2419 Le 11/12/2006 | Partager

    . L’armée manifeste son opposition au gouvernement Les ambassadeurs des 25, qui devaient tenter d’arrêter leur position face à la Turquie, n’avaient toujours pas reçu le 8 décembre de clarifications sur l’offre faite in extremis par la Turquie pour éviter un ralentissement de ses négociations d’adhésion à l’Union européenne. Selon des sources diplomatiques, la présidence finlandaise de l’UE n’avait  distribué aucun document clarifiant l’offre de la Turquie, qui a proposé d’honorer en partie ses engagements envers la partie grecque de l’île de Chypre divisée, en ouvrant un de ses grands ports à son trafic. «La présidence a confirmé l’absence de texte et de précision sur l’annonce turque», a indiqué un diplomate européen. Faute de précisions, certains diplomates semblaient s’interroger sur la possibilité d’avoir une vraie discussion comme prévu entre ambassadeurs sur le bien-fondé d’un ralentissement des négociations d’adhésion d’Ankara. Les ambassadeurs sont en effet censés préparer le terrain à des discussions qui s’annoncent délicates, les dirigeants européens, très divisés face à la Turquie.Par ailleurs, le commandant en chef de l’armée turque, le général Yasar Büyükanit, s’est ouvertement opposé à une proposition du gouvernement d’Ankara sur Chypre destinée à éviter une suspension des négociations d’adhésion de la Turquie à l’Union européenne. «Cette ouverture signifie selon nous qu’il y a un éloignement de la position officielle de l’Etat» turc, estime le général Büyükanit le 8 décembre, dénonçant que l’armée n’ait pas été consultée au préalable. L’armée turque n’avait pas manifesté une telle opposition à la politique étrangère d’Ankara depuis des années. Par le passé, l’UE l’a accusée à plusieurs reprises de trop intervenir dans la vie politique. Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc