×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Chine: Le yuan s’internationalise

    Par L'Economiste | Edition N°:3348 Le 26/08/2010 | Partager

    . Le pays ouvre son marché interbancaire aux banques étrangères . Objectif: attirer les investisseurs sur le marché obligataire chinoisLE gouvernement chinois tente d’internationaliser sa monnaie. Il ambitionne de favoriser les échanges commerciaux et attirer les investisseurs sur le marché obligataire chinois. Désormais les entreprises étrangères installées en Chine pourront lever directement des capitaux en monnaie locale pour se financer.La chaîne de restauration rapide américaine McDonald’s a donc récemment annoncé qu’elle allait émettre des obligations à 3 ans libellées en yuans, pour près de 30 millions de dollars. Elle devient ainsi la toute première entreprise étrangère non financière à procéder à une telle opération. Cette émission montre la montée du yuan comme monnaie utilisée à l’international, l’une des grandes ambitions du gouvernement chinois. «La Chine cherche donc à élargir l’utilisation de sa monnaie sur la place financière de Hong Kong, après avoir autorisé des échanges en yuans sur cette place en 2009», écrit-on à La Tribune. Même si la Chine est devenue la deuxième puissance économique mondiale (derrière les Etats-Unis), «cela ne se reflète pas dans la place, marginale, du yuan sur le marché des changes», poursuit-on. Les autorités chinoises entendent garder le contrôle de leur monnaie considérée jusqu’ici comme sous-évaluée. Mais une convertibilité contrôlée du yuan est un moyen supplémentaire de poursuivre le développement économique du pays en le faisant financer par des investisseurs internationaux.

    Banques de compensation
    Depuis l’année 2008, la banque centrale de Chine a signé des accords de swaps de devises avec plusieurs pays, notamment: la Corée du Sud, la Malaisie, l’Indonésie, la Biélorussie, l’Argentine et l’Islande. Objectif: «réduire le risque de change et le coût de transactions pour les entreprises importatrices et exportatrices des pays concernés ou pour celles installées en Chine», annonce le même quotidien. En outre, le marché interbancaire chinois s’ouvre aux étrangers. L’ex-empire du Milieu compte également développer son marché de la dette. La banque centrale chinoise avait annoncé qu’elle autorise les établissements financiers étrangers à opérer sur son marché obligataire. En revanche, toutes les banques ne seront pas concernées dans un premier temps. Seules les banques de compensation du yuan à Hong Kong et à Macao, les banques étrangères impliquées dans le règlement de transactions internationales en yuans et les banques centrales ou autorités monétaires étrangères ayant signé des accords de swap sur le yuan avec la Chine seront autorisées. Elles investiront ainsi, dans le système interbancaire chinois, leurs excédents en yuans générés par des règlements de transactions ou des échanges entre banques centrales.Pour rappel, les Américains reprochaient à Pékin que la non-convertibilité et le contrôle des taux de change sous-évaluent le yuan et augmentent artificiellement la compétitivité chinoise. La Chine, pour sa part, craignait une dévaluation du dollar provoquée par la crise budgétaire et financière de l’économie américaine.M. Az
    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc