×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Chaâbi veut introduire trois entreprises en bourse

    Par L'Economiste | Edition N°:310 Le 25/12/1997 | Partager

    Le groupe Chaâbi ne perd pas de temps. Il construit deux nouvelles unités de production de carreaux, étend le concept qualité aux autres entités et annonce l'entrée en bourse de trois d'entre elles courant 1998.


    CE sont deux nouvelles extensions que vient de réaliser le groupe Chaâbi dans son pôle de fabrication de la céramique. Opérationnelles depuis novembre dernier, ces unités ont nécessité un investissement de 150 millions de DH, soit 50 millions pour la nouvelle unité de Casablanca sur le site de Super Cérame et 100 millions pour l'extension de l'unité de Gros Cérame à Kénitra. La capacité de production est de 400 m2 par jour pour la première et 500 m2 pour la seconde. A préciser que cette dernière produit des carreaux destinés au sol tandis que celle de Casablanca fabrique des carreaux de faïence de mur.
    " Avec une capacité annuelle totale de 8 millions de m2, le groupe détient le tiers du marché de la céramique ", affirme M. Mohamed Badad, directeur général de Gros Cérame. Quant à l'effectif, il est de 900 personnes pour ces deux usines qui produisent des carreaux moyen et haut de gamme en petits et grands formats.
    Une autre extension est prévue pour le début de l'année prochaine. Mais cette fois-ci, elle concernera la société Gharb Papier Carton (GPC) de l'emballage, située à Kénitra. L'investissement sera de 30 millions de DH. L'objectif est de porter la production de l'usine à 9.000 tonnes contre 6.000 actuellement.

    Bill Gates, Bouygues


    Outre ces extensions, la société Super Cérame vient d'être certifiée ISO 9002. Cette opération, dont le coût s'élève à près de 1,5 million de DH, a duré une année. Notons que c'est la troisième société du groupe à recevoir la certification. En effet, trois autres entreprises l'avaient précédée. il s'agit des entités Afrique Câbles, certifiée ISO 9002 en juillet 1996, pour la production de batteries de démarrage et de câbles téléphoniques, et Gros Cérame, certifiée ISO 9001 en juillet dernier. Le groupe a réussi à avoir une part de marché de 36% des batteries en l'espace de trois ans.
    D'autres sociétés sont en cours de certification, assurent les responsables du groupe.
    La production du groupe est destinée principalement au marché local. "Le coût de nos carreaux ne nous permet pas d'être compétitifs à côté des autres producteurs, notamment la Tunisie ", explique M. Faouzi Chaâbi, administrateur-délégué du groupe.
    Par ailleurs, trois entreprises du groupe feront leur entrée en bourse prochainement. Il s'agit de la société Saheg, Gros Cérame et la Snep. Deux autres entreprises suivront. " Leurs dossiers sont en cours de préparation ".

    La surprise du chef fut la présence du président du groupe, M. Miloud Chaâbi, à la conférence de presse organisée le 19 décembre à l'occasion de l'ouverture de l'extension de la société Super Cérame et sa certification à la norme ISO 9002.
    Personnage controversé, M. Chaâbi n'a pas escamoté la moindre question. A commencer par celle relative au procès qui oppose une de ses entreprises, en l'occurrence la SNEP, aux pouvoirs publics. M. Chaâbi a expliqué que le jugement n'a pas encore été prononcé. " Si je constate que tous les éléments n'ont pas été pris en considération, j'interjetterai appel ", assure-t-il.
    Sur sa stratégie de croissance, M. Chaâbi reconnaît avoir effectué des investissements en Tunisie, en Libye et en Egypte, mais sans qu'il y ait pour autant de mouvements de capitaux. " Nous avons nos entreprises sur place ", indique-t-il. "Je n'ai jamais transgressé la réglementation des changes", poursuit-il. Des projets d'investissement en Angleterre ainsi qu'en Indonésie sont en cours d'étude. La crise qui secoue les marchés boursiers asiatiques a retardé certaines opérations. Aucune information concernant ces projets n'a filtré. M. Chaâbi regrette que les Marocains ne soient pas fiers de leurs industriels qui réussissent. Pourquoi Bill Gates ou Bouygues sont-ils applaudis
    dans leur pays, alors que l'on s'acharne sur moi?

    Rafik IKRAM

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc