×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Affaires

    Cadeaux de fin d’année
    Les entreprises de moins en moins généreuses

    Par L'Economiste | Edition N°:2174 Le 19/12/2005 | Partager

    . Les grandes entités dépensent le plus. Mais les budgets ont tendance à se resserrerDémarchage, publicité… Ça bouge en ce moment du côté des magasins spécialisés en cadeaux. C’est en cette période de fin d’année que ces commerces réalisent l’essentiel de leurs recettes. Leur clientèle est constituée en grande partie d’entreprises et il y en a pour tous les budgets. L’offre est constituée de cadeaux VIP et aussi de moyenne gamme. Les articles les plus sollicités sont, selon Mourad Ouedghiri, gérant de Qualigad, «les cartables, les stylos, la porcelaine et la bagagerie». Les grandes entreprises restent friandes des articles de marque dont le prix peut parfois atteindre des sommets inavouables. Les plus modestes se contentent de produits beaucoup moins chers. Les grandes entreprises, surtout les multinationales consacrent des budgets faramineux aux cadeaux de fin d’année. «Certaines grandes entreprises de la place prévoient un budget de 500.000 à 700.000 DH et, vu l’énormité des sommes mises en jeu, certaines ont, parfois, recours aux appels d’offres afin de bénéficier du meilleur rapport qualité/prix», souligne Ouedghiri.Le potentiel du marché reste toutefois limité car la concurrence est très rude et les PME, qui constituent l’écrasante majorité du tissu économique, réduisent de plus en plus leurs dépenses de cadeaux. «Ce n’est plus comme avant. Les petites entreprises ont réduit de près de 50% leurs achats», indique une vendeuse. Si l’offre de cadeaux aux clients et partenaires est monnaie courante dans les entreprises, la fonction du cadeau n’est pas perçue de la même manière par les chefs d’entreprises. Si certaines grandes structures se montrent très généreuses, d’autres, comme le groupe Buzzichelli Maroc, n’osent pas franchir une certaine limite. «Le cadeau permet de consolider les relations avec nos clients. Sa valeur doit rester dans les limites du raisonnable même si le cadeau est adressé à une clientèle de haut standing», explique Rachid Oubenyahia, responsable commercial. D’autres se dressent carrément contre une telle pratique en la qualifiant de contraire à l’éthique. «Les cadeaux de valeur ne devraient jamais avoir lieu car ce n’est pas un management d’éthique mais de la corruption déguisée», estime Abdelaziz Mantrach, directeur de transport marocain. Pour ce dernier, «la meilleure manière de gagner la confiance d’un client, c’est de lui offrir un service de qualité. Quant au chef de l’entreprise, il a beaucoup à gagner en distribuant des cadeaux promotionnels de sa société tels que les agendas, les stylos et les calendriers».


    Déductibles jusqu’à hauteur de 100 DH

    Afin de contrecarrer les risques de fraude fiscale, les pouvoirs publics ont limité le seuil de déductibilité des cadeaux d’entreprises. Pour bénéficier de la déduction, la valeur unitaire du cadeau ne doit pas dépasser 100 DH, le logo de la société doit figurer dessus et l’opération d’achat des cadeaux doit être comptabilisée. Si l’une de ces conditions n’est pas respectée, l’entreprise est dans l’obligation de réintégrer fiscalement.La faiblesse du montant déductible ne décourage, toutefois, pas les entreprises à user des cadeaux comme moyen de fidélisation de leur clientèle. «La majorité des entreprises acceptent de dépasser la limite déductible même si leurs dépenses sont taxées», souligne Salah Aïsse, expert-comptable. Généralement, ce genre de dépenses est étroitement suivi par l’administration fiscale car il est facilement contrôlable.Morad El KHEZZARI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc