×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Affaires

    Bourse: Note négative

    Par L'Economiste | Edition N°:923 Le 25/12/2000 | Partager

    Après avoir enregistré de bonnes performances pendant huit séances de suite, la Bourse de Casablanca s'enlise à nouveau. La journée du jeudi n'a pas été bénéfique pour l'IGB, il a en effet stagné avec une variation de l'indice de 0% à 667,70 points. Quant à la contre-performance annuelle, elle continue de se creuser en s'établissant à -14,08% à 667,70 points.En termes de volume, le marché était peu animé et a atteint un chiffre d'affaires de 34 millions de DH dont 3% seulement ont transité par le marché de blocs. Une seule transaction y a été enregistrée, il s'agit de 1.490 actions Auto-Hall à 300 DH. Côté variations, la balance a plutôt penché vers les baisses. Sur les 25 valeurs qui ont traité, 14 étaient en baisse, contre seulement 8 en hausse et 3 en stagnation. C'est General Tire et la Marocaine-Vie qui ont récolté les plus mauvaises contre-performances, perdant respectivement 5,95 et 5,19%. Quant aux plus fortes hausses, elles ont été enregistrées par Oulmès (5,39%) et Cior (4,30%). Quant à la séance du vendredi, l'IGB s'est à nouveau déprécié perdant 0,76% à 662,65 points, ramenant ainsi sa contre-performance annuelle à -14,73%. Les volumes quant à eux étaient toujours aussi faibles. Le chiffre d'affaires drainé par les deux marchés confondus n'a pas dépassé 51 millions de DH, réalisé sur le marché central à hauteur de 77%. C'est encore l'ONA qui s'est taillée la part du lion avec 43% du volume transactionnel.

    Les marchés fortement déprimés

    Les marchés américains et surtout les valeurs Internet ont été déprimés la semaine dernière par le ralentissement rapide de la croissance. La déception a été encore plus grande lorsque la Fed a décidé de maintenir ses taux mardi. Grâce au traditionnel «rally« d'avant Noël, le DJIA, indice des valeurs vedettes de la Bourse de New York, a réussi à afficher une hausse de 1,9% sur la semaine à 10.635,56 points. Le Nasdaq, lui, est en passe d'afficher ses pires résultats annuels depuis 1974 (-35%). Il a terminé vendredi en forte hausse, mais pas suffisamment pour compenser une semaine difficile.La déprime du Nasdaq a eu écho en Europe. A Paris, la reprise a tourné court, victime de la baisse des titres technologiques et des télécoms notamment. Le CAC 40 est resté bloqué sous les 5.800 points, terminant vendredi à 5.783,73 points.A trois séances de la fin de l'année, le CAC 40 est en baisse de 2,9% par rapport au 30 décembre 1999. L'année dernière, la place parisienne avait affichée un gain de plus de 50%.Cette semaine encore, les valeurs cotées à Tokyo seront totalement dépendantes des mouvements de Wall Street, estiment les analystes. «Il est difficile pour les investisseurs de recommencer à acheter alors que l'économie américaine pourrait connaître un atterrissage brutal«, est-il expliqué. Sur la semaine écoulée, l'indice de référence Nikkei a perdu -7,7%, terminant à 13.427,08 points. Jeudi, le Nikkei a plongé de 3,5% à 13.423,21 points, son plus bas niveau depuis le 13 janvier 1999.F. T. (AFP)

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc