×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Bons du Trésor: Flambée des taux

    Par L'Economiste | Edition N°:3341 Le 16/08/2010 | Partager

    . Les maturités courtes et moyennes sont les principales concernées . La liquidité du marché progressePRÉSENCE plus importante du Trésor sur le marché des adjudications au cours du second trimestre 2010. En témoigne, le volume moyen adjugé par séance d’adjudication pendant la même période qui est passé à 2 milliards de DH contre 900 millions pour la même période de 2009. C’est en partie ce qui ressort de la dernière note relative à l’évolution de l’activité du marché secondaire des bons de Trésor. Ainsi, la demande en papier neuf adressée au Trésor s’est située aux alentours de197 milliards de DH, au cours du second trimestre 2010, soit une progression de 40% par rapport à la même période de 2009. Face à cette demande, l’approvisionnement du marché en papier neuf s’est caractérisé par l’abondance des émissions. Pour ce qui est du marché secondaire des valeurs du Trésor, le volume global (transactions fermes et repos) au cours du second trimestre s’est quasi-stabilisé pour se chiffrer à 1.276 milliards de DH. Cette stabilité cache toutefois des évolutions disparates. Ainsi, l’activité s’est caractérisée par un dynamisme important des échanges fermes avec un volume de 46,7 milliards de DH contre 25,6 milliards en 2009. En revanche, l’activité des opérations repos a enregistré une légère progression de l’ordre de 16 milliards de DH, pour atteindre un montant de 1.229 milliards de DH. Et pour cause, le marché secondaire des bons du Trésor reste dominé par les transactions repos dont la part est aux alentours de 96%. A noter que l’évolution du volume mensuel des transactions repos depuis le début de l’année laisse apparaître une stabilité des volumes échangés. D’une période à l’autre sont restés stables, en témoigne la moyenne mensuelle du 2éme trimestre, de l’ordre de 410 milliards de DH.Pour ce qui est des taux pratiqués sur le marché secondaire, ils ont été conditionnés, selon la note, par «la tension des taux qui a prévalu sur le marché primaire conjugué au déficit de liquidité du circuit bancaire». En effet, les taux enregistrés sur le compartiment secondaire ont bondi, allant jusqu’à 12 points de base pour les maturités courtes et moyennes. Cela s’explique, principalement, par l’augmentation des taux adjugés sur le marché primaire durant le second trimestre. En revanche, pour les bons de maturités à 15 et 20 ans, les taux ont subi des réajustements à la baisse pour s’aligner sur les taux primaires. Les taux des autres maturités se sont stabilisés et ont gardé le même niveau. Dans ce sillage, la liquidité du marché secondaire s’est appréciée. Ainsi, le taux de rotation trimestriel, qui permet de mesurer l’intensité de l’activité a atteint 24,2%, soit une hausse de 8 points par rapport au même trimestre de 2009. Idem pour la taille moyenne des opérations qui permet de mesurer la capacité des intervenants d’exécuter une transaction sur un nombre important de titres. Au cours du 2e trimestre, celle-ci a connu une progression de 47,8% pour s’établir à 117,3 milliards de DH. Au final, le volume moyen quotidien des opérations fermes sur le marché secondaire a marqué un bond significatif de 82,1% pour atteindre 696,7 milliards DH.M.A.B.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc