×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Affaires

    BMCE Bank se remet en ordre de bataille

    Par L'Economiste | Edition N°:3338 Le 11/08/2010 | Partager

    . Nouvel organigramme. Celui-ci consacre une dimension plus élargie du groupe . La banque renforce ses instances de gouvernance Après avoir remanié l’état-major de sa banque, en janvier dernier, Othman Benjelloun, PDG du groupe BMCE Bank, vient d’en entériner la nouvelle organisation. Les enjeux derrière ce chantier découlent-ils d’un besoin de renforcement des activités du groupe ou d’un redéploiement à l’international? Probablement, les deux. Toujours est-il que la nouvelle organisation de la banque s’articule au tour de deux grandes composantes, l’une au Maroc et la seconde à l’étranger. Trois principes ont présidé à l’élaboration d’un tel organigramme. Le groupe renforce, premièrement, ses instances de gouvernance. Ainsi, le comité de gouvernance, qui découle du conseil d’administration, doit «veiller au respect des principes de la bonne gouvernance et des dispositions légales et réglementaires afférentes à une communication adéquate aux actionnaires sur ces thématiques», assure-t-on auprès du groupe. De même, il se doit d’examiner et faire des recommandations relatives à la composition, aux missions et aux travaux du conseil d’administration ainsi que des autres comités spécialisés. Présidé par un administrateur non exécutif de BMCE Bank, représentant les actionnaires de référence (FinanceCom, CDG…), le comité de gouvernance devra, par ailleurs, proposer des procédures de cooptation et une politique de rémunération des administrateurs et des membres de la direction générale. Egalement issu de la présidence du groupe, le comité stratégique, qui est chargé de définir les orientations, exécuter la stratégie, lancer les grands projets et évaluer les nouvelles opérations d’investissement ou de désinvestissement. «De même, il doit suivre l’environnement concurrentiel national et international», est-il indiqué.Sous la houlette du nouvel homme fort de la banque, Brahim Benjelloun-Touimi, le numéro 2 du groupe, «le comité de direction générale représente le relais opérationnel du Comité stratégique groupe au sein de la banque et pour les filiales». Il assure l’élaboration de propositions de développement et la mise en œuvre de la stratégie. De plus, il pilote les activités de la banque et arbitre les questions opérationnelles et fonctionnelles relevant de la compétence des directions et comités internes. Pour l’épauler, un comité de fonctionnement a été créé en son sein. Cette instance permet la remontée, le partage de l’information et l’arbitrage des problématiques liées au fonctionnement de la banque. «L’objectif est d’apporter une expertise métier et émettre des recommandations au comité de direction générale afin d’éclairer ses décisions sur ces aspects», fait-on savoir au sein de BMCE Bank. Les finances et les risques du groupe ont, pour leur part, été érigés en pôle de direction générale dans un contexte où la dimension élargie du BMCE Bank et l’importance de sa stratégie de développement se renforcent. Ce pôle sera chapeauté par Driss Benjelloun, ex-DGA chargé du pôle Finances. Pour sa part, Mounir Chraïbi, ex-patron de l’OFPPT, de la CNSS et ex-wali de Marrakech se chargera du pôle Information technology et Process. De sources sûres, il devra préserver la cohérence de la partie technologique et l’optimisation des process de BMCE Bank dans ses dimensions nationale et internationale. Il fédère les entités de support chargées de la maîtrise d’ouvrage et des synergies technologiques, des back-offices ainsi que de la qualité au sein de BMCE Bank. De plus, il supervise les filiales qui évoluent dans l’environnement des technologies et des process.(1)Les entités transverses le secrétariat général, les pôles juridiques, Capital Humain, Communication, Logistique et le Management de la Sécurité demeurent directement rattachées à Benjelloun-Touimi. En parallèle, la nouvelle organisation consacre deux comités d’audit et de contrôle interne: l’un propre à la banque et l’autre au groupe. Respectivement chapeauté par un administrateur non exécutif, ces comités assurent un contrôle de 3e niveau des structures de la banque et du groupe. La seconde composante de la nouvelle organisation de BMCE Bank s’est plus recentrée sur le ciblage de la clientèle. Il y a la banque des particuliers et professionnels, et celle de l’entreprise. Toutes deux disposent d’un pool de compétences Marketing. Elles sont respectivement dirigées par Mohammed Bennani-Smires et M’Fadel El Halaissi. La banque d’affaires du groupe, BMCE Capital présidée par Khalid Nasr, cible trois types de clientèles : les institutionnels, les particuliers et clients haut de gamme ainsi que la banque pour ses propres opérations.L’organigramme comporte, aussi, les filiales financières spécialisées(2). L’objectif est de promouvoir les synergies intra-groupe, qu’elles soient commerciales ou fonctionnelles. En effet, «les produits des filiales ayant vocation à être, pour l’essentiel, commercialisés à travers le Réseau», est-il précisé. D’ailleurs, l’entité participations et synergies a comme mission, outre l’optimisation et le suivi du portefeuille de participations, la contribution au développement de ces synergies. Chose promise chose due pour Mamoun Belghiti, qui hérite de la gestion de RM Experts, la filiale en charge du recouvrement qui a nouvellement été instituée. Son périmètre d’activités couvre le Groupe BMCE Bank ainsi que d’autres entités de FinanceCom. «En fonction de l’importance de ses réalisations, de nouveaux horizons d’affaires à l’international lui seront ouverts au travers des différentes implantations à l’étranger», est-il envisagé chez BMCE. A l’international, quatre entités se dégagent: BMCE Bank International, BOA Group, Banque de Développement du Mali et La Congolaise de Banque. Ainsi, Jalloul Ayed, qui s’occupe à partir du siège de Londres, du rapprochement entre MédiCapital Bank et le groupe Bank Of Africa (BOA). Mohamed Bennani, quant à lui, pilotera depuis Bamako les projets de la BOA. ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------(1) Crédit à la consommation, leasing, bancassurance, factoring, location longue durée et puis, ultérieurement, produits alternatifs et micro-finance. (2) EurAfric Information, Global Network System, Magshore et leurs filiales respectives.


    Comment se sont comportées les filiales?

    Salafin: La société de financement a enregistré une hausse de 4% de ses encours à 2,7 milliards de DH au terme du dernier exercice. Le résultat net est ressorti à 101 millions de DH. Maghrébail: Sa production a progressé de 9,7% à 2,7 milliards de DH. Le PNB et le résultat net avancent respectivement de 7,4% à 186,2 millions de DH et 8% à 77,2 millions de DH.Maroc Factoring: La société d’affacturage a enregistré au terme du dernier exercice une hausse de 10% de son chiffre d’affaires. Il s’est établi à 3,2 milliards de DH. Le PNB suit la même tendance avec une progression de 4% à 32,9 millions de DH.Activité à l’international: BMCE détient 42,5% du capital de Bank of Africa (BOA), avec des tractations en cours pour en devenir l’actionnaire majoritaire. La concrétisation du projet devrait favoriser la convergence entre BOA et MédiCapital Bank. Le rapprochement entre le groupe BOA et la plateforme européenne MédiCapital Bank donnera naissance à une nouvelle entité sous la dénomination Bank of Africa. En attendant, à fin 2009, les dépôts auprès de la BOA ont augmenté de 12,8% à 1,9 milliard d’euros (21,1 milliard de DH), alors que l’octroi de crédit a enregistré une hausse de 9,6% à 1,4 milliard d’euros (15,5 milliards de DH). Au cours du même exercice, la BOA a ouvert 50 nouvelles agences. De son côté, le PNB de MédiCapital Bank s’inscrit en hausse de 24% à 18 millions de livre sterling (241 millions de DH).M. A. B.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc