Affaires

Benslimane: L’aéroport booste l’activité économique

Par L'Economiste | Edition N°:2177 Le 22/12/2005 | Partager

. Une réunion annonce le planning détaillé des travaux. Les installations militaires retardent le transfert. Pas de projet urbain précis pour l’ancien aéroportCELA fait un peu plus d’un mois que le transfert de l’aéroport de Casablanca Anfa vers la ville de Benslimane a été annoncé. Une intervention royale avait alors mis fin à l’indécision des autorités concernées. SM le Roi avait ordonné que les travaux de transfert se fassent “dans les meilleurs délais” (cf. www.leconomiste.com) Depuis, les parties concernées bataillent sur deux fronts. En effet, outre le transfert de l’aéroport, il est également question de concevoir un projet urbanistique pour la zone libérée, située dans un emplacement qui offre plusieurs opportunités d’exploitation. Les parties chargées du dossier -ministère de l’Equipement, les autorités locales et collectivités, l’Office national des aéroports (ONDA), les Forces armées royales (FAR) et Royale Air Maroc (RAM)- ont tenu une réunion pour faire le point, en détail, sur l’état d’avancement des travaux de transfert de l’aéroport. Ainsi, l’été 2007 devrait marquer la fin de l’opération de transfert de l’aéroport de Casablanca Anfa. En attendant, le nouvel aérodrome, qui s’étend sur la superficie de 2.000 hectares, sera opérationnel en mars 2006. Cette date marquera aussi la fermeture de la section d’aviation civile de l’ancien aérodrome.Autres dates-clés, l’achèvement des travaux de construction des hangars à Benslimane en juin prochain. Et ce n’est qu’à la fin de l’année que le transfert des installations militaires débutera. Des responsables dans l’armée ont d’ailleurs, dès l’annonce du transfert, signalé que les lourds équipements des FAR risquent de ralentir les travaux.Par ailleurs, une dizaine de sociétés, qui opéraient au sein de l’ancien aéroport, seraient déjà prêtes à déplacer leurs activités à Benslimane.Pour rappel, plusieurs de ces opérateurs s’étaient révoltés contre le manque d’information sur le dossier. Actuellement, les responsables assurent que plusieurs réunions sont régulièrement tenues avec leurs dirigeants et que tout le monde aura sa place dans le nouvel aérodrome. Par ailleurs, les intentions concernant les 350 hectares qui seront libérés, une fois l’ancien aéroport fermé, ne sont pas encore précisées. Le Souverain avait exprimé le souhait de voir cette zone intégrée au tissu urbain. Effectivement, il est question, entre autres, d’y aménager des espaces verts, d’y tracer des voies qui lui permettraient une meilleure liaison avec le centre de Casablanca… A signaler aussi le volet social du projet. Le recasement d’environ 300 habitants de la Cité de l’air est en effet prévu. Enfin, le transfert de l’aéroport ravit la petite ville de Benslimane. Celle-ci voit ses activités économiques et commerciales reprendre souffle depuis l’annonce du programme. Les promoteurs immobiliers se frottent les mains. Les prix ont en effet connu une hausse significative depuis le mois dernier.Ichrak MOUBSIT

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc