Affaires

Banques/CCG: Convention de garantie actualisée

Par L'Economiste | Edition N°:2166 Le 07/12/2005 | Partager

. 20% d’apport propre pour les projets d’extensionLa Caisse centrale de garantie et les banques actualisent leur convention. Sous la présidence de Fathallah Oualalou, la signature de la nouvelle mouture est intervenue le 6 décembre à Rabat. C’est une convention qui régit les relations entre les banques et la CCG pour les garanties octroyées aux entreprises. L’objectif étant d’améliorer les services des deux parties en faveur du tissu économique, notamment les PME-PMI, pour promouvoir l’investissement. «Cette actualisation vise l’assouplissement et la simplification des conditions et procédures d’intervention de la CCG en vue de dynamiser l’accès au financement bancaire des entreprises, notamment la PME pour la réalisation de leurs projets d’investissements», est-il souligné auprès de la CCG. Après les modifications apportées en décembre 1997, «le quantum de financement par fonds propres, fixé à 20% du coût des projets PME-PMI, a été étendu aux projets d’extension-modernisation de l’ensemble des entreprises, indépendamment de leur taille».Ce n’est pas tout. «Afin d’assurer plus de souplesse et de célérité au traitement des demandes de garantie, la CCG procédera dorénavant, pour les crédits ne dépassant pas les 5 millions de DH, à la notification de l’acte de garantie définitif dès agrément des demandes par son comité de garantie. Ce qui permettra d’accélérer la mise en place des crédits», explique la Caisse. Toujours pour fluidifier les traitements des dossiers, la nouvelle convention précise «les procédures et modalités d’utilisation par les banques de la garantie des crédits d’investissement». Des canevas-type sont notamment prévus pour les dossiers de demande de garantie par catégorie d’entreprises, les contrats de prêts ainsi que le suivi et la mise en jeu de la garantie.B. E. Y.

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc