×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Aviation sportive : Tit-Mellil: Devenir pilote en quarante heures

    Par L'Economiste | Edition N°:237 Le 04/07/1996 | Partager


    Des pilotes de la RAM y ont découvert leur vocation. L'Aéro-Club de Tit-Mellil situé à une quinzaine de kilomètres du centre de Casablanca a formé plus de 1.500 pilotes amateurs depuis sa création. Une centaine de férus d'aviation y perpétuent la tradition.


    A un demi-siècle bientôt après sa création, l'Aéro-Club de Tit-Mellil aura réussi à garder intact tout son potentiel d'attraction. Ils sont aujourd'hui un peu plus d'une centaine de membres inscrits en apprentissage au club, ou à titre de pilotes confirmés. Industriels, cadres, professions libérales, retraités, jeunes étudiants, etc... viennent y assouvir leur passion pour l'aviation. Car, confie M. Abdessalam Hajjani, vice-président du club, "c'est un sport passionnant".

    Outre le côté divertissement, l'aviation développe les facultés de rigueur et de précision. "Seul en altitude, on n'a pas droit à l'erreur". De plus, elle permet d'éveiller une vocation enfouie en nous, ajoute-t-il. Quelques commandants de bord de la Royal Air Maroc avaient du reste fait leurs premiers pas à Tit-Mellil. "C'est ici qu'ils avaient aiguisé leur vocation". Depuis sa création, l'Aéro-Club de Tit-Mellil a formé environ 1.500 pilotes. L'effectif moyen d'élèves qui décrochent leur licence d'aviation légère se situe entre quinze et vingt personnes par an.

    Seize ans au minimum


    Selon les dispositions de ses statuts, l'Association a pour objet de "développer la locomotion aérienne civile sous toutes ses formes (aviation, aérostation, giraviation, vol à voile, modélisme, parachutisme) et dans toutes les applications sportives, scientifiques, industrielles et touristiques...".

    Pour adhérer au club, le candidat doit être âgé de seize ans au minimum et justifier de la plénitude de ses capacités physiques. Une fois admis, l'élève-pilote suit des modules théoriques et des séances de maniabilité de l'avion. Puis le candidat a le choix entre deux sessions d'examen organisées sous la supervision du Ministère des Transports aux mois de mai et novembre. Il peut aussi, le cas échéant, opter pour une date à sa convenance selon son rythme d'apprentissage. S'il satisfait à l'examen théorique, l'élève ne décroche sa licence de "pilote privé avion" qu'après avoir effectué vingt-cinq heures en double commande et quinze heures de vol en solo. Ce minimum peut cependant être rallongé si le moniteur estime que le candidat n'est pas suffisamment "mûr".

    Un parc de quatre aéronefs


    Une heure de vol sur un appareil de type Cessna F150 revient à 600 DH. La même durée de vol sur un avion Cessna 172 coûte 900 DH. Le Ministère des Transports alloue des bourses aux jeunes candidats pouvant aller jusqu'à la couverture de la moitié du coût de l'heure de vol. A l'heure actuelle, une dizaine de boursiers sont inscrits au Club.

    A l'inverse d'un permis de conduite d'automobile, la licence d'aviation délivrée par l'Administration de tutelle n'est pas définitive. Sa validité est soumise à des conditions particulières: son détenteur doit effectuer au moins trois heures de navigation tous les six mois. Après un long intermède, par mesure de prudence, "on conseille en général au pilote de se faire accompagner par un moniteur", assure le vice-président du club. Il est probable qu'il ait perdu quelques réflexes entre-temps. L'exploitation du Club est financée par les redevances d'utilisation des appareils et la cotisation annuelle des adhérents qui s'élève à 1.300 DH. La part la plus importante du budget est allouée à l'entretien, au carburant et à l'acquisition de pièces de rechange. Pour d'évidentes raisons de sécurité, l'entretien est strictement réglementé: au terme de 2.100 heures de vol, le moteur doit être obligatoirement remplacé, même s'il est encore en état de fonctionnement, explique un des moniteurs du club, retraité des Forces Royales Air.

    L'Aéro-Club est installé dans un vaste domaine de 114 hectares, mis gracieusement à sa disposition par l'ONDA (Office National des Aéroports) dont l'un des objectifs est justement de promouvoir l'aviation civile légère dans le pays. Le parc d'aéronefs du Club est composé de quatre appareils de type Cessna., deux modèles 172 quadriplace et deux Cessna 150 biplace. Le coût d'un petit aéroplane de quatre places sur le marché d'occasion est estimé entre 500.000 et 600.000 DH contre 300.000 DH pour un appareil biplace. Ces avions, qui s'adressent aux pilotes amateurs, ont été conçus pour atterrir sur n'importe quel type de terrain, y compris sur la terre battue ou sur un boulevard, explique M. Hajjani.

    En plus des installations techniques, le Club dispose d'infrastructures annexes de loisir (terrain de tennis, club d'équitation) et d'un restaurant.

    Abashi SAMAMBA



    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc