×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Automobile: Difficile reprise

    Par L'Economiste | Edition N°:3349 Le 27/08/2010 | Partager

    . Le déséquilibre entre assemblage et ventes persiste. Les commandes mondiales en grande partie soutenues par la ChineLES effets de la crise qui a affecté l’ensemble du secteur automobile en 2009 ont modifié en 2010 l’équilibre traditionnel entre assemblage des véhicules légers et ventes. C’est ce qu’indique une nouvelle étude de Autofacts, le pôle d’analyse de PricewaterhouseCoopers dédié au secteur automobile. Sur le front des ventes, la performance de la Chine a eu un impact majeur. La non-prise en compte des ventes de la Chine fait tomber la croissance de 22,2% à 12,9%. «La différence entre les performances des ventes et de l’assemblage jusqu’en mai 2010 montre que nous sommes encore loin d’un retour à l’équilibre», font savoir les spécialistes. «Si l’on exclut les stocks, la production et les ventes mondiales sont globalement équilibrées, mais les décisions prises début 2009 sur fond de crise ont bouleversé l’équilibre habituel entre assemblage et ventes au sein du secteur», expliquent-ils. L’évolution de la reprise est très disparate selon les régions. Ce qui compliquera probablement le rééquilibrage des ventes et de l’assemblage au plan mondial. Autofacts est optimiste cependant quant au redressement du secteur. Les marchés matures tels que l’Europe, qui ont vu assemblage et volumes des ventes préservés grâce aux primes à la casse instaurées en 2009, se préparent aujourd’hui à une période de croissance lente liée à la diminution des mesures de relance des gouvernements et à la persistance des perturbations du secteur financier, selon l’étude. Bien qu’étant un marché mature, le rebond du marché nord-américain au cours du 1er semestre 2010 est nettement différent. Dans la mesure où la reconstitution de ses stocks a provoqué une forte augmentation de l’assemblage de véhicules légers (+70 % en glissement annuel), sur fond de morosité des ventes qui pourrait bien évoluer vers une stagnation au second semestre 2010. En revanche, les marchés émergents tels que la Chine, qui en 2009 généraient une croissance à la fois organique et s’appuyant sur des mesures incitatives, ont continué à afficher des profits sans précédent en 2010. Pourtant, même le secteur automobile chinois pourrait connaître un léger ralentissement au cours du 3e trimestre 2010. Le facteur sans doute le plus important pour l’industrie automobile mondiale en 2010 est la résistance de l’assemblage de véhicules légers. Selon les données d’Autofacts, portant sur douze importants pays producteurs de véhicules, l’assemblage de véhicules légers a fait un bond étonnant de 47,6% de janvier à fin mai 2010 comparativement à la même période de l’année dernière. Cette tendance pourrait être considérée comme le signe d’une amorce de reprise généralisée.F. Z. T.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc