×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Assurances: 91 milliards de DH de provisions techniques en 2009

    Par L'Economiste | Edition N°:3334 Le 05/08/2010 | Partager

    . Et plus de 100 milliards de DH de placements. L’activité technique en quasi-stagnation. L’activité financière pénalisée par l’effet BourseENTRE impératifs de rendement technique ou rendement financier, la marge de manœuvre n’est pas toujours aisée pour les compagnies d’assurances? En tout cas, malgré une année difficile, c’est le financier qui a primé en 2009.«Les opérations non vie ont dégagé une marge d’exploitation positive de 1,002 milliard de dirhams, et l’apport du solde financier (3,296 milliards de dirhams) a amélioré cette valeur en contribuant à dégager un résultat technique brut excédentaire de 4,298 milliards de dirhams», souligne le rapport d’activité de la DAPS (Direction des assurances et de la prévoyance sociale au ministère des Finances). Ainsi, le solde financier a représenté plus de 3 fois l’apport de l’activité de base, dans le résultat brut.

    Le taux de rendement s’est détérioré pour passer de 3,63 à 3,46%
    Pour sa part, le résultat technique net de l’ensemble du secteur en 2009 ressort avec un excédent de 3,94 milliards de dirhams, en quasi-stagnation par rapport à 2008 (3,98 milliards de DH). Alors que le montant total des primes émises s’est chiffré à 20,85 milliards de dirhams contre 19,75 une année plus tôt, soit une progression de 5,6%. Par type de souscripteurs, c’est les assurances groupe qui ont le mieux évolué, autant sur le compartiment vie que sur l’activité non vie. Les assurances individuelles ont accusé pour leur part une légère baisse.Le résultat net de l’exercice du secteur accuse une baisse significative de 6,09%, qui serait due à «la baisse des plus-values sur cessions d’éléments d’actif», selon le rapport.Aussi, malgré une année difficile sur les marchés financiers, les placements du secteur ont nettement progressé. Ils ont augmenté au même rythme que les primes (5,6%), pour passer à 103,7 milliards de DH en 2009. En revanche, les produits financiers, plus-values réalisées comprises, se sont inscrits en baisse. Ils ont atteint 5,36 milliards de dirhams, contre 5,5 milliards durant l’exercice précédent, traduisant ainsi, sans surprise, une dégradation du rendement des placements. Le taux est passé de 3,63 à 3,46%. Les placements des compagnies sont essentiellement constitués de valeurs d’Etat, d’immeubles, de parts d’OPCVM, de valeurs cotées en Bourse et de dépôts bancaires. C’est l’augmentation de l’ensemble des placements qui constitue l’apport du secteur au financement de l’économie (une partie de l’épargne institutionnelle).Sur un autre registre, le bilan consolidé du secteur fait ressortir une explosion des dettes de financement dans les ressources des compagnies. En effet, celles-ci ont doublé d’une année à l’autre pour atteindre près de 1,6 milliard de dirhams. Le rapport étant maigre sur les détails, et les ventilations des statistiques, cette évolution reste inexpliquée.Autre évolution remarquable à relever, l’effritement des titres de participation inscrits au bilan du secteur. Sur près de 1,4 milliard de dirhams inscrits sur ce poste, 950 millions ont été passés en provision. Ce qui signifie une dépréciation importante des portefeuilles participatifs.Toujours est-il que la solidité des compagnies ne fait aucun doute. «Même si nous devions retirer l’agrément à l’une des compagnies du secteur, les situations financières couvrent largement les intérêts des assurés», insiste la DAPS.Il est vrai que les provisions techniques sont à des niveaux satisfaisants. Avec près de 91 milliards de DH en 2009, elles ont progressé de 7,82% en l’espace d’un exercice.

    Top five

    LE secteur des assurances compte 16 compagnies qui se sont partagées en 2009 près de 21 milliards de dirhams en primes émises. Parmi elles, cinq ont accaparé près de 80% de ce montant. En première place, Wafa Assurance avec 20,5% de parts de marché, talonnée de près par RMA Watanya qui s’est attribué 20% du gâteau. AXA occupe la troisième place avec 14,6%, devant CNIA Saada qui a collecté 13,5% des primes. Enfin, le groupe Holmarcom détient un peu plus de 11% à travers Atlanta et Sanad.O. Z.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc