×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie Internationale

    Après deux ans de négociations : Bill Clinton signe la réforme de l'aide sociale

    Par L'Economiste | Edition N°:242 Le 08/08/1996 | Partager


    Le président Bill Clinton a finalement accepté de signer, après deux ans de négociations avec le Congrès, la loi proposée par les Républicains réformant le système de Welfare qui fournit une aide aux plus défavorisés des Etats-Unis. Cette décision de réforme considérée par les observateurs comme la principale réalisation de Clinton en matière sociale, a permis au président démocrate de détrôner son principal adversaire républicain Bob Dole, confortant ainsi la probabilité de sa réélection en novembre prochain. Le projet de loi n'a pas manqué de susciter des remous au sein du propre parti du président américain. En effet, l'un des principaux objectifs de la réforme consiste à obliger les chefs de famille capables de travailler et bénéficiant des allocations à retrouver un emploi en moins de deux ans. La nouvelle loi oblige aussi tout adulte ayant reçu une allocation pendant deux mois à effectuer des travaux d'utilité publique. Le projet prévoit aussi d'éliminer la plupart des allocations et ce, pendant une période de cinq ans. Quelque 12 millions de personnes vivant uniquement d'aides sociales seront touchées directement par cette loi, ainsi que les 25,6 millions de personnes qui bénéficient des bons alimentaires. La réforme n'aurait pourtant pas un grand impact sur le budget fédéral. Elle permettra à peine une économie de 55 milliards de Dollars (1$=8,67DH) répartie sur six ans. En revanche, elle affecterait la gestion des fonds sociaux en transférant une partie aux Etats. Même si les conséquences de cette réforme sont encore inconnues, les opposants au projet craignent que 2 millions de personnes ne rejoignent le camp des miséreux. Les opposants reconnaissent certes l'échec du système de Welfare qui n'a pas permis de réduire la pauvreté. Ils estiment cependant "qu'il faut changer le système ,non pour jeter des enfants à la rue, mais pour leur fournir des opportunités".

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc