×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Agenda

    American Appraisal Maroc : Les actifs incorporels placés au coeur des transactions

    Par L'Economiste | Edition N°:221 Le 14/03/1996 | Partager

    L'évaluation des actifs incorporels relèvent de la subjectivité.
    Pourtant, ces actifs constituent souvent l'essentiel de l'enjeu lors d'une acquisition ou d'une cession. American Appraisal en a fait un domaine d'intervention privilégié.


    L'évaluation de l'entreprise avant sa cession ou acquisition s'appuie d'abord sur la valorisation de ses actifs corporels, à savoir le terrain, bâtiments et machines. Mais cette étape relève souvent de la simple arithmétique. En revanche, l'évaluation des actifs incorporels pose problème car elle porte sur l'appréciation de concepts plus subjectifs.
    Ce volet constitue le terrain privilégié d'American Appraisal Maroc.
    Au terme d'une année de partenariat entre la filiale spécialisée dans l'évaluation du patrimoine et l'audit financier et la BCM, plusieurs projets ont été initiés à des fins de cessions/acquisitions et d'expertises nécessaires à l'octroi d'un prêt hypothécaire ou d'une garantie bancaire. Des secteurs aussi variés que l'immobilier, la céramique, la cimenterie, l'agro-alimentaire, le textile, l'imprimerie ou les composants pour automobiles ont constitué le champ d'activité d'American Appraisal Maroc.
    Ce type d'expertise préalable à toute transaction, prise de participation, privatisation, lease-back ou assurance permet d'évaluer l'entreprise à son juste prix.

    "Pour accroître la valeur du patrimoine, le dirigeant doit maîtriser ces actifs incorporels comme tout autre facteur de production et de différenciation", précise M. Adrian Canas, directeur général d'American Appraisal Maroc.
    Cela suppose donc une identification et une évaluation régulière des actifs incorporels pour coller au mieux à la représentation économique de l'entreprise.
    Il s'agit en premier lieu d'établir une typologie opérationnelle de ces actifs incorporels en se détachant du cadre comptable.
    "Ces actifs doivent être appréciés dans le cadre des réseaux de relations internes et externes tissées par l'entreprise".
    Cette typologie aura pour objectif d'éviter l'approche du type "boîte noire" qui constitue un facteur de confusion lors de la négociation. Elle permet en outre de relever les synergies entre les différents actifs incorporels. "Il existe par exemple une relation étroite entre part de marché et réseaux de distribution ou procédés techniques". Enfin, cette typologie facilite les conditions d'une optimisation.

    Coût historique des actifs

    En deuxième lieu, la compréhension des enjeux du marché, notamment les bases de compétition et les relations avec l'environnement, aidera à identifier les actifs incorporels clés. Avant de sélectionner l'actif à évaluer, il faut d'abord déterminer l'avantage économique qu'il procure. "Constitue-t-il une barrière à l'entrée, assure-t-il ou crée-t-il une position concurrentielle durable?".
    L'analyse de ces volets aboutit à l'évaluation à sa juste valeur de la marque, du brevet, du progiciel, du fonds de commerce ou encore de la franchise. "D'ailleurs, les récentes opérations de fusions/acquisitions réalisées au niveau mondial prouvent que ces actifs sont au coeur des motivations d'achat".
    Cependant, leur enregistrement comptable traduit très rarement leur valeur économique. En effet, ils figurent souvent au bilan à leur coût historique, et la valorisation économique n'est effectuée qu'à l'occasion d'une transaction ou d'une consolidation.
    Actifs corporels et incorporels doivent faire l'objet d'une évaluation financière, économique et technique sur la base d'une analyse par les coûts, par les revenus et par les marchés. L'approche par les coûts mesure la valeur de reconstitution d'un actif similaire, déduction faite des facteurs de dépréciation physique et d'obsolescence. L'approche par marchés quant à elle évalue la valeur vénale de l'actif en comparaison avec des transactions récentes du même type. Enfin, l'approche par les revenus estime la capacité à générer des ressources ou à procurer des économies durables. Quoi qu'il en soit, la valeur réelle de l'entreprise réside, non seulement dans ses performances actuelles, mais surtout dans sa capacité à générer des profits futurs.

    Mouna KABLY

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc