×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Alimentation du bétail: Le mode traditionnel domine

    Par L'Economiste | Edition N°:2173 Le 16/12/2005 | Partager

    . Les éleveurs manquent de moyens et d’encadrement. Potentiel énorme pour l’élevage industrielLa fine fleur des professionnels opérant dans les métiers liés à l’élevage au Maroc, était présente lors de la troisième journée nationale de l’élevage animal organisée à l’initiative de Lesieur Cristal, jeudi 15 décembre à Casablanca. Cette année, la rencontre s’est penchée sur le diagnostic des méthodes et des conditions d’alimentation des ruminants au Maroc comparées aux normes internationales en la matière. En effet, l’élevage industrialisé des ruminants au Maroc est encore minoritaire. Ceci est d’une part lié aux caractéristiques de cette activité, qui s’étale sur un long cycle de production et nécessite un suivi technique approfondi. D’autre part, au manque de moyens financiers et techniques et la rareté des exploitations structurées où peut se pratiquer une telle activité. Les experts ont souligné que l’alimentation du bétail se fait généralement d’une manière traditionnelle, qui se base sur le maïs et le foin sans respect des règles d’ensilage. Cela explique la faiblesse de production nationale en alimentation industrielle de ruminants qui se chiffre à peine à 160.000 tonnes/an. De plus, les éleveurs sont généralement livrés à eux-mêmes et ne bénéficient que de peu d’encadrement de la part des techniciens publics et privés. Cette situation provoque la détérioration de la qualité des aliments administrés au cheptel. Les aliments traditionnels ne peuvent garantir, à eux seuls, l’apport en protéines et minéraux nécessaires pour l’équilibre alimentaire des ruminants. Comparé à la moyenne internationale estimée entre 20 et 40% de protéines dans la ration quotidienne destinée aux ruminants, le cheptel marocain ne perçoit que 14 à 15%. Les pratiques traditionnelles provoquent également de nombreux dysfonctionnements sanitaires. Ajoutée à cela, la faiblesse de la productivité qui se répercute sur le prix du produit fini. Ce dernier devient prohibitif pour le consommateur moyen dont le pouvoir d’achat ne permet pas de se procurer une ration suffisante en viande rouge. La consommation annuelle par habitant au Maroc est d’environ 17 kilos. Un chiffre inférieur à la moyenne régionale (22 kilos) et internationale (40 kilos). «Pourtant, l’introduction d’aliments additifs à la ration quotidienne du bétail aura des retentissements remarquables sur la qualité et la productivité», explique Ahmed Rahhou, directeur de Lesieur Cristal.Les intervenants ont, par ailleurs, évoqué le potentiel énorme que représente l’élevage industriel des ruminants, basé sur l’introduction des tourteaux et des additifs de vitamines et minéraux à leur alimentation. Une activité qui gagne de plus en plus de terrain, profitant de la prise de conscience des éleveurs traditionnels. Elle permettra, entre autres, de réduire les coûts de production de la viande rouge. «La question n’est pas de destructurer la filière, mais plutôt de la restructurer, de manière à améliorer la qualité et la productivité et d’offrir un produit abordable pour le consommateur moyen», note Rahhou.


    Tourteau de colza

    Le tourteau de colza nouvellement introduit au Maroc représente une vraie opportunité pour le développement de l’élevage industriel des ruminants. Ce produit offre un grand apport en protéines et en minéraux essentiels pour équilibrer l’alimentation du bétail. Il bénéficie aussi d’un coût nettement inférieur par rapport aux autres produits. Ce nouvel aliment est devenu un composant inévitable dans l’alimentation du cheptel bovin et ovin en Europe. Nouaïm SQALLI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc