×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Afghanistan
    Le coût humain augmente

    Par L'Economiste | Edition N°:3338 Le 11/08/2010 | Partager

    . Plus de 1.200 civils tués sur la première moitié de 2010 . Le mois de juin, le plus meurtrier pour les forces internationalesPLUS de 1.200 civils ont été tués en Afghanistan sur les six premiers mois de l’année 2010, soit une augmentation de plus de 25% par rapport à la même période en 2009, selon des chiffres de l’ONU dévoilés hier mardi par le chef de l’ONU à Kaboul, Staffan de Mistura. «1.271 civils ont été tués et 1.997 ont été blessés, la plupart grièvement», a déclaré Mistura lors d’une conférence de presse à Kaboul.L’ONU constate ainsi une augmentation de 25% du nombre de civils tués par les insurgés et par les forces internationales. Sur les six premiers mois de 2009, 1.013 Afghans avaient été tués.Au total, le nombre de victimes - morts et blessés - a augmenté de 31% sur la même période. Les insurgés ont été responsables de trois-quarts des morts et blessés parmi les civils, contre 12% causés par les actions des forces afghanes et des forces internationales.«Le coût humain de ce conflit augmente malheureusement, le nombre de civils tués ou blessés augmente», a déploré Mistura.Les bombes artisanales et les attentats suicide -les deux modes opératoires favoris des talibans- sont la première cause de mortalité parmi les civils (557 morts, soit plus de 50% du total) même si elles ne les visent pas directement mais ciblent le plus souvent les soldats étrangers ou afghans, ou des bâtiments officiels.L’ONU souligne que les assassinats ont quasiment doublé, visant notamment les candidats aux élections législatives du 18 septembre.Le représentant spécial de l’ONU s’inquiète également de l’augmentation du nombre d’enfants victimes du conflit, en hausse de 55%.Les frappes aériennes de l’Otan, longtemps mis en cause par l’ONU et par le gouvernement du président afghan Hamid Karzaï, contribuent au tiers des civils tués par les forces internationales et afghanes.La limitation de ces frappes, décidée en 2009 par le général McChrystal alors commandant des forces américaines et internationales, avait permis une réduction du nombre de civils tués. Les insurgés étaient alors devenus les premiers responsables des pertes civiles.L’intensification du conflit a également provoqué une augmentation radicale des pertes dans le contingent international. Depuis le début de l’année, 426 soldats étrangers ont perdu la vie en Afghanistan, contre 520 pendant toute l’année 2009, selon un décompte du site internet spécialisé icasualties.org.Et avec 102 morts, le mois de juin avait été de loin le plus meurtrier pour les forces internationales depuis leur arrivée dans le pays fin 2001 pour chasser les talibans du pouvoir à Kaboul.Sur toute l’année 2009, plus de 2.400 civils avaient péri en Afghanistan, soit une augmentation de 14% par rapport à 2008.Cette année avait été la «pire» pour les civils depuis la chute du régime des talibans en 2001, selon l’ONU.Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc